Les humanités numériques comme cadre fédérateur des formations au numérique pour l’éducation

  • Loin de se limiter à la seule science informatique (ou à l’apprentissage de la programmation), les enjeux liés au numérique à l’École concernent toutes les disciplines, qui ont chacune leur expertise propre et leur regard spécifique sur les bouleversements en cours, mais qui font face à des défis transdisciplinaires croissants (nouvelle organisation des savoirs avec l’explosion des données, nouveaux types de compétences pour la formation du lettré et du citoyen, production, diffusion et gouvernance de communs de la connaissance, etc.).

  • Une formation au numérique pour les acteurs de l’éducation ne saurait donc se limiter à la prise en main d’outils et doit prendre en compte ces enjeux en tant que tels.
  • Par ailleurs, le numérique comme milieu des savoirs impose à la communauté éducative un éveil permanent de l’esprit critique et favorise le développement de “pratiques vivantes” et de démarches d’apprentissage par la recherche, l’expérimentation, l’analyse des controverses et surtout la généralisation des activités de lecture et d’écriture individuelles et collectives en environnement numérique (écriture collaborative, annotation, publication).
  • C’est donc d’abord aux acteurs de l’École eux-mêmes – dans le cadre d’un dialogue à construire avec les acteurs du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche – de s’interroger et de travailler ensemble sur ces questions de fond , notamment en constituant des lieux et espaces laboratoires où les savoirs circulent et sont passés au crible de la méthode scientifique.

Dialogue des humanités numériques – salon Eduspot (8 mars 2017)

  • Pour avoir le recul nécessaire sur des changements parfois perturbants, ce dialogue permet aussi de se situer sur le temps long de l’évolution des instruments des pratiques savantes et des technologies intellectuelles et éducatives (tout n’est pas “nouveau”, loin de là…), tout en prenant conscience des tournants majeurs à l’oeuvre depuis au moins dix ans (l’avènement du web 2.0 et de la prise de parole publique généralisée, entre autres).

En résumé, les humanités numériques – comme transdiscipline, espace de dialogue et effort collectif de la communauté des travailleurs du savoir (notamment chercheurs, enseignants, élèves) – peuvent contribuer à donner du sens au numérique à l’École, à la hauteur des exigences de celle-ci, en s’appuyant d’abord sur ses valeurs (qui ne sont pas “nouvelles” non plus, mais qu’il faut sans cesse réaffirmer). C’est à ce titre qu’elles ont vocation à être intégrées à l’offre de formation au numérique, comme cadre fédérateur transdisciplinaire et comme champ d’étude pour les équipes pédagogiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *