Annoter avec le numérique

793px-Writing_hand

Comme technologie de l’écrit, le « numérique » (dans l’ensemble de ses dimensions réticulaires [en réseau] incluant la navigation hypertextuelle et les médias sociaux), change les conditions de production, d’accès et de diffusion des textes. Il change aussi nos pratiques de lecture/écriture, en particulier d’annotation, ces pratiques étant intimement liées au processus d’apprentissage lui-même (comme écriture/inscription dans la mémoire). Le travail pédagogique de l’enseignant (à tout niveau) avec les ressources numériques nécessite par ailleurs de « revoir tout le système d’annotation et de prise de notes », au-delà de la simple entrée du « copier-coller » (L.Merzeau, 2013).

Introduction : l’annotation d’un texte en environnement numérique

Pour reprendre les termes de François Bon (2011), l’ordinateur (auquel il faudrait ajouter la tablette et le téléphone) est devenu le « lieu global de notre lire/écrire » et nous sommes sans doute arrivés au point où tout livre, quel que soit son support physique, est numérique dans la mesure où son écriture et sa lecture peuvent être complétées à tout moment par le recours aux informations et aux réseaux accessibles sur supports informatiques.

Le « texte en environnement numérique » (préféré ici à l’appellation restrictive de « livre numérique ») donne ainsi les outils de liaison ou, pour l’exprimer différemment, les outils d’un retour (perpétuel) au texte et de mise en relation des mots et concepts (ce que permettent par exemple, en complémentarité, les outils de carte mentale) qui contribuent à sa compréhension, à son appropriation, à son partage et à son évolution externe.

En annotant, le lecteur se donne des outils de lecture et de compréhension d’un texte, tout en produisant un nouveau texte, celui-ci lui fournissant en retour un outil d’entrée personnelle (et personnalisée) dans le texte initial et un nouvel outil (constitué de « marqueurs » personnels) pour sa (re)lecture. Avec le numérique c’est donc toute la pratique de lecture/relecture qui est réinterrogée, celle qui fait qu’en relisant un livre annotée par soi on relit sa propre lecture commentée.

Cette pratique (d’entrer dans le texte par ses notes) se révèle particulièrement simple à mettre en œuvre sur tablette tactile, sur laquelle l’entrée par les notes est proposée à côté de la table des matières traditionnelle.

"Entrer par ses notes" sur la liseuse d'une tablette

« Entrer par ses notes » sur la liseuse d’une tablette

Par ailleurs, l’annotation concerne de plus en plus l’ensemble des ressources en circulation, les métadonnées générées par l’utilisateur pouvant l’être aussi bien sur un texte que sur une image, un fichier audio ou une vidéo (par exemple avec l’outil de l’IRI Lignes de temps ou avec l’extension VideoNot.es proposée sur Google drive), dans le cadre d’un usage purement individuel ou sur les médias et plateformes de  réseaux sociaux qui peuvent ainsi se concevoir comme des « communautés d’annotations ».

1. Que fait-on lorsqu’on annote ?

1.1 Un acte matériel et intellectuel instrumenté

Noter/annoter est un acte à la fois matériel et intellectuel. C’est un acte par définition instrumenté (par le crayon, le stabylo ou sur le poste informatique, via le clavier, l’interface tactile et autre tablette graphique) mobilisant un support de lecture/écriture et des outils de traçage et de marquage (couplés avec une traçabilité des données inhérente aux postes et services informatiques). Comme trace matérielle et intellectuelle du dialogue entre le texte et le lecteur, l’annotation procède d’un mouvement de « lecture-écriture » archétypal du cheminement individuel au sein des environnements numériques de travail et des environnements personnels d’apprentissage. Il fixe – durablement ou pas – les traces du comportement et de l’itinéraire de sa pensée face au texte (doute, compréhension ou incompréhension, interrogation, effort d’assimilation et de mémorisation, rejet ou adhésion, etc.).

1.2 Outiller et informer un texte, s’informer par le texte

Annoter un texte c’est à la fois :

l’outiller de signes complémentaires pour aider à sa compréhension, en allant jusqu’à y apposer une ergonomie et des symboles personnels pour faciliter sa lecture ;

– y repérer et y relever des informations ;

– mettre en valeur les idées ou informations saillantes et les hiérarchiser ;

– fonder en source (y relever une source et/ou sourcer une information par une ressource externe) ;

– interpréter, commenter, en rédigeant ce que les Anciens nommaient une scholie (commentaire, note) dont l’étymologie renvoie à la fois au loisir, à l’occupation studieuse et à l’école ;

– relever des éléments d’argumentation, etc.

La pratique d’annotation consiste donc à recréer perpétuellement le texte, en le fragmentant par sa lecture et sa relecture (qu’elle soit individuelle ou partagée).

1.3 Un guidage de la lecture/relecture

Ce qui rend l’annotation particulièrement précieuse pour le lecteur est qu’elle permet de se laisser des traces à soi-même pour se guider dans la lecture et l’étude du texte : se laisser des traces au cœur ou autour du texte, pour s’y rejoindre à travers le temps et y suivre l’évolution de sa propre lecture.

Comme acte de lecture et de relecture, l’annotation dans un environnement numérique fait éclater l’évidence de la nécessaire relecture de tout texte destiné à la culture et à l’apprentissage.

Source : conférence Pharmakon du 29/03/14

Source : Bernard Stiegler, Conférence Pharmakon du 29/03/14

Source de l’illustration : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=6HAq0vboqNM#t=885

1.4 Un acte de lecture différenciée

Annoter est aussi, voire surtout, la matérialisation du fait que – d’un lecteur à l’autre – on ne lit jamais le même texte. Nos annotations traduisent non seulement nos modes de lecture, mais aussi les multiples façons dont nous percevons le sens et la substance d’un texte en fonction de son propre itinéraire intellectuel et du contexte historique (voir par exemple à ce sujet le Hamlet de Pierre Bayard, 2002).

1.5 Un acte d’apprentissage

Annoter relève d’une démarche de mémorisation ou accompagne le processus de mémorisation des informations contenues dans un texte, quand il ne s’agit pas du texte lui-même in extenso lorsque l’objectif est de pouvoir le restituer tel quel, le « réciter ».

Annoter devient alors pleinement un geste performatif, une inscription matérielle ayant comme finalité une inscription mémorielle. L’annotation comme geste d’apprentissage est cependant l’un des aboutissements naturels de toute prise notes, même hors cadre pédagogique ou formatif, l’autre aboutissement étant la rédaction d’une synthèse ou d’un tout autre texte.

Mais instrumenter l’annotation dans un cadre pédagogique revient aussi à marquer l’hésitation, à prendre en compte la possibilité de l’erreur, à permettre le retour sur le geste, la manipulation du texte et l’application.

1.6 Un acte de communication dans le cadre d’un travail collaboratif

Outre la communication avec soi-même au sein d’un texte (1.3), l’annotation permet une communication à propos d’un texte au sein d’un groupe : c’est le cas par exemple au sein d’un forum, d’un blog, voire sur tout support collaboratif ou média social. Cette pratique d’annotation sociale est un thème déjà étudié par certains chercheurs (voir par exemple les travaux scientifiques référencés sur le site de Myriam Lewkowicz). Un article de 2006 aborde ainsi « l’annotation comme moyen, à la fois de soutenir la négociation, de produire des fragments textuels, et aussi d’indexer finement des documents et fragments existants. » L’annotation y est définie comme étant « avant tout un élément de communication, [permettant] l’échange entre divers auteurs d’interprétation, d’opinion, de critiques,… ».

Cette optique est aussi celle adoptée par des applications comme « Now comment » qui propose de « faire de ses documents des conversations » ou « personal Crocodoc » (Jean-Michel Salaun propose ainsi aux futurs lecteurs d’annoter un manuel d’architecture de l’information en cours de rédaction).

2.Quelles sont les caractéristiques (existantes et attendues) de l’annotation numérique ?

2.1 Panorama non exhaustif des gestes et actes de l’annotation numérique

Lorsqu’ils interviennent en superposition d’un support préexistant, les actes d’annotation (écrire-tracer-dessiner) constituent le « marquage » instrumenté d’un texte, et éventuellement de ses illustrations :

Souligner – Surligner – Entourer – Barrer – Cocher

Ecrire autour/à côté/en marge – Schématiser une idée, un propos

On peut ainsi passer en revue les outils proposés par une liseuse comme iBooks sur iOS, une application mobile complémentaire pour l’annotation des PDF comme MarginNote, l’extension proposée sur Google drive Videonotes et un exemple d’inclusion native sur le site d’un livre numérique.

iBooks (au 23/03/14) 

– Sélection d’un bloc texte puis ouverture des fonctions suivantes : copier/définition/surlignage/note/rechercher/partager.

– La fonction surlignage ouvre une palette de couleurs, une fonction note en commentaire de type « post-it » et une fonction sociale (vers iMessage, Mail, Twitter, Facebook).

Lien vers l’application :

https://itunes.apple.com/fr/app/ibooks/id364709193?mt=8

MarginNote (au 23/03/14)

– MarginNote est une application freemium permettant d’annoter un fichier PDF.

– Les principales fonctions sont les suivantes : note écrite, stabylo, commentaire.

– La fonction d’annotation en commentaire est enrichie d’un outil de carte heuristique.

– L’application permet en outre de capturer une image de la note (et de la placer dans son album photo) et de compléter par une note vocale (en accédant au micro de la tablette).

Lien vers l’application : https://itunes.apple.com/us/app/marginnote-take-notes-on-pdf/id723205553?mt=8

En élargissant à un autre type de ressource, l’exemple de Vidéonot.es illustre quant à lui un usage d’annotation de vidéo sur support distinct, avec une possibilité de synchronisation.

Videonot.es (au 01/04/14)

– Videonot.es est une application en ligne d’annotation de vidéo, qui peut être utilisée comme extension de la suite Google drive.

– Son interface d’édition est composée de deux parties : à gauche l’affichage de la vidéo encapsulée, à droite une fenêtre de saisie pour annoter et commenter la vidéo. L’annotation peut être synchronisée ou pas avec la vidéo.

– Par défaut les notes sont intégrées à l’environnement Google doc et peuvent être exportées sous Evernote.

Lien vers l’application : http://www.videonot.es/

Un exemple d’inclusion native sur le site d’un livre numérique

C’est le cas sur la version web en open-access edition de l’ouvrage Debates in the Digital Humanities (2012) : http://dhdebates.gc.cuny.edu/

Dans la partie « débats » http://dhdebates.gc.cuny.edu/debates le lecteur (une fois inscrit) peut ainsi annoter et commenter l’ouvrage avec la palette d’outils suivante pour chaque phrase :

– marquer comme « intéressant »

– ajouter un commentaire ou voir les commentaires déjà proposés

– indexer sous le mot clé ou thématique de son choix

Les annotations sont par ailleurs l’objet de statistiques affichées à droite de l’écran (exemple, au 11/05/14 on compte 75 phrases marquées comme « intéressantes »).

2.2 Synthèse des caractéristiques de l’annotation numérique

L’annotation est ainsi devenue une fonction attendue dans tout environnement numérique textuel et devrait tendre vers les caractéristiques suivantes pour une utilisation optimale :
  • modifiable et (mais) traçable : elle n’est pas figée et évolue en fonction des lectures/relectures tout en gardant mémoire de cette évolution ;
  • récupérable et pérenne : elle doit pouvoir être récupérée et conservée, en restant corrélée au texte ou en étant isolée de celui-ci, aussi longtemps que le souhaite l’utilisateur ;
  • personnalisable/ »personnalisante » : l’annotation numérique est par nature un outil personnel (choix des couleurs, du tracé, etc. comme l’illustrent les exemples ci-dessus) et qui personnalise le texte lui-même en y inscrivant la mémoire de ses lectures ;
  • sociale : elle doit pouvoir être communiquée, partagée, réutilisée et nourrir un dialogue à propos d’un texte.

Sur cette dimension sociale, comme l’écrit Milad Doueihi, « Nous vivons l’émergence du modèle de la révision comme paradigme de notre activité en ligne, des formes de relecture et d’écriture ancrées dans une banalisation de la scholie. Le commentaire est ainsi inscrit dans une tradition qui s’est transformée en pratique collective et non plus réservée aux auteurs ou aux lecteurs érudits et savants. » (Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011 p. 45).

Conclusion : annotation et littératie

Sous ses formes multiples, l’annotation en environnement numérique constitue on le voit une pratique centrale dans un environnement d’apprentissage en ce qu’elle est l’expression et la « matérialisation » d’une lecture personnelle et active : le texte annoté devient le texte tel que je le lis, tel que je le comprends, tel que je peux éventuellement le transmettre ; et en retour, tel qu’il peut me servir de base et de support pour ma propre expression. A ce titre, elle s’intègre pleinement aux nouvelles compétences fondamentales du lire-écrire que recouvrent les termes « littératie » et « translittératie » (« habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de l’iconographie à l’oralité en passant par l’écriture manuscrite, l’édition, la télé, la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux », cf. O. Le Deuff [2012], voir aussi E.Delamotte, V. Liquete et D. Frau-Meigs [2014]).

Comme perfectionnement de l’outillage du texte, le numérique contribue donc à une meilleure instrumentation de la pensée en actes, qui peut elle-même conduire à la production de nouveaux textes et de nouveaux savoirs.

Sources et ressources

Source de l’illustration en titre  : Wikimedia

A. Généralités sur l’annotation avec le numérique

Un exemple de définition de l’annotation :

http://scenari.utc.fr/c2m/DOCS/L2e/html/co/OutilsPourAnnoter.html

Écritures numériques – Dossier Educavox

http://www.educavox.fr/Ecritures,144

Cycle Canal-U, Jack Goody et l’empire de la littératie (2012)

https://www.canal-u.tv/video/canal_socio/jack_goody_et_l_empire_de_la_litteratie_version_integrale.11211

François Bon, Entretien avec le Café pédagogique (2011)

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/lettres/francais/Pages/2011/126_EntretienavecFrancoisBon.aspx

David Caviglioli, Comment Word a changé notre façon d’écrire (2013)

Article publié dans le Nouvel Observateur https://t.co/6BEfw4n3PE

Eric Delamotte, Vincent Liquete et Divina Frau-Meigs, La translittératie ou la convergence des cultures de l’information : supports, contextes et modalités (2014)

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/92/75/29/PDF/Spirale_53_2013_ED_VL_DFM.pdf

Michel Foucault, L’écriture de soi, in Corps écrit n° 5, 1983, repris dans Dits et Ecrits II, Gallimard, 2001

Marc Jahjah, Méthodes, techniques et outils. L’annotation, pratique et technique d’appropriation de la documentation, Revue « Documentaliste » ADBS, Volume 49, N° 4, paru le 25 janvier 2013, page(s) 12-13

http://www.adbs.fr/methodes-techniques-et-outils-l-annotation-pratique-et-technique-d-appropriation-de-la-documentation-125078.htm?RH=REVUE

Frédéric Kaplan, Le cercle vertueux de l’annotation (2012)

http://infoscience.epfl.ch/record/186358/files/Kaplan-lecerclevertueuxdelannotation.pdf

Blog de François Mariet, La critique de l’écriture par Platon (2012)

A propos de l’ouvrage dirigé par Jean-Luc Périllié, Oralité et écriture chez Platon, 2011

http://mediamediorum-lectures.blogspot.fr/2012/05/la-critique-de-lecriture-par-platon.html

Dominique Lacroix, Nouveau chantier : l’écriture informatique et réticulaire (2007-2012)

http://reseaux.blog.lemonde.fr/2012/12/08/nouveau-chantier-ecriture-informatique-reticulaire/

Notes de lecture sur l’ouvrage de Clarisse Herrenschmidt,  Les Trois écritures. Langue, nombre, code (2007)

Olivier Le Deuff « Introduction », Document numérique 3/2012 (Vol. 15), p. 7-17.

URL : www.cairn.info/revue-document-numerique-2012-3-page-7.htm.

id., Nouveaux outils de formation et d’apprentissage, 2010

http://urfist.u-strasbg.fr/uploads/stagenouveauxoutils.pdf

id., Institutions et attentions, 2014

https://fr.slideshare.net/OlivierLeDeuff/institutionsetattentions

Voir aussi les contributions du même auteur sur le thème de la translittératie, notamment « La translittératie en débats » (2012)

http://www.guidedesegares.info/2012/07/07/la-translitteratie-en-debats/

Louise Merzeau, Copier-coller : nouveaux enjeux,  conférence du 15/05/2013 (Mercredis de Créteil)

http://stream.ac-creteil.fr/play2.php?vid=1972

Yannick Prié,  Lecture active et annotation de documents (Université de Lyon, 2002-2003)

http://pagesperso.lina.univ-nantes.fr/~prie-y/ens/04-05/MasterRecherche/lecture-active.pdf

Bernard Stiegler, Pourquoi et comment philosopher dans l’internation ? (2013)

Annotations montrées au cours de son exposé et en particulier à 1:46:00

https://youtu.be/76KPQy6V_V0

A noter dans la même vidéo, un passage essentiel à 1:52:00, au moment où il déclare : « à l’Ecole on doit apprendre à annoter et pas seulement à lire, écrire, répéter ».

Id., Intervention aux Entretiens du nouveau monde industriel, ENMI 2013

L’écriture comme « spatialisation du temps qui passe »

http://ldt.iri.centrepompidou.fr/ldtplatform/ldt/front/player/682222fa-67cf-11e3-aee3-00145ea4a2be/# ).

Marcello Vitali-Rosati, L’annotation : le savoir dans la marge (2014)

http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/lannotation-le-savoir-dans-la-marge/

Vidéo annotée du séminaire

http://seminaire.sens-public.org/spip.php?article30#t=908.9

Manuel Zacklad (blog) Transactions coopératives et documentarisation

Articles scientifiques sur la sémiotique des transactions coopératives, la théorie du document, l’organisation des connaissances et le web socio-sémantique.

B. Outils et pratiques d’annotation et de lecture sociale

Evernote

https://evernote.com/intl/fr/

Socialbook

http://www.sobookonline.fr/livre-numerique/livre-social/annoter-des-livres-numeriques-directement-dans-son-navigateur-avec-socialbook/

Un exemple de réseau social de lecture

http://www.babelio.com

Logiciel Lignes de temps – IRI

http://www.iri.centrepompidou.fr/outils/lignes-de-temps/

Panorama de logiciels sur le blog Bouquineo

http://bouquineo.wordpress.com/logiciels/

App Google Drive pour annoter une vidéo http://www.videonot.es/

http://www.educatorstechnology.com/2014/02/a-great-google-drive-tool-for-taking.html

L’annotation créative – S’initier au sketchnoting par l’annotation créative

http://www.heuristiquement.com/2014/03/sketchnote-annotation.html

AnnotateIt – Annotation de pages web

http://annotateit.org/

[Date de rédaction de l’article : 30/03/14 – Dernière révision : 22/02/16]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *