Humanités numériques et éducation : Communication au colloque humanités numériques – Institut des Amériques 2017

Résumé

L’objectif de cette communication est de faire le point sur le dialogue entre le monde l’éducation et le champ des humanités et des études numériques (digital humanities/digital studies) pour contribuer à la compréhension des changements épistémologiques, didactiques et pédagogiques en cours. Le numérique désignant désormais, plus qu’un ensemble d’outils, un phénomène « pervasif », c’est-à-dire omniprésent dans l’environnement social et dans l’ensemble des secteurs professionnels,  il est désormais important pour les acteurs de l’Ecole d’être attentif à ce tournant dans le monde de la recherche et de l’enseignement qui propose une approche transdisciplinaire et réflexive du numérique, abordé comme milieu d’organisation des savoirs et objet d’étude.

Introduction

 

Quelle problématique ?

Le thème sur lequel nous vous proposons cette intervention pourrait se résumer ainsi : dans quelle mesure la communauté éducative est-elle concernée par le champ d’étude des humanités numériques ? Donc dans quelle mesure ce champ concerne, au-delà de la seule communauté des chercheurs, l’ensemble de l’académie en son sens le plus large (du premier degré à l’enseignement supérieur) ?.

D’où parlons-nous ?

Notre point de vue sera celui du Numérilab au sein de la Direction du numérique pour l’Education (qui dépend des ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation).

Dans quelle perspective ?

Notre perspective est celle de l’accompagnement des pratiques du numérique à l’École.

Le contexte : accompagner le numérique dans l’éducation et la formation

Le rôle du Numérilab à la direction du numérique pour l’éducation est d’accompagner les actions et projets innovants que les académies conduisent, le plus souvent en partenariat avec les collectivités territoriales et les laboratoires de recherche. Le montage de ces projets s’effectue autour d’une dizaine de thématiques (parmi lesquelles : nouveaux espaces d’apprentissage, objets connectés ; learning analytics ; pratiques collaboratives, usages du numérique des jeunes ; culture numérique et éducation obligatoire ; modes d’appropriation des ressources numériques par les enseignants ; etc.).

Chacune de ces thématiques est animée par un laboratoire ou un autre partenaire du ministère pour effectuer sur deux ans un travail de veille, de documentation (voire d’animation et de formation) et venir en appui des décisions stratégiques des pouvoirs publics en matière de numérique et d’innovation dans l’éducation.

Le thème des humanités numériques dans l’éducation et la formation

En 2017-2018, deux nouvelles thématiques sont proposées pour répondre aux nouveaux défis dans l’organisation des savoirs et des territoires à l’ère numérique et accompagner notamment l’appel à projets « collèges numériques et innovation pédagogique ».

Ces deux thématiques ont comme point commun de proposer un effort collectif et transdisciplinaire d’intelligibilité des transformations en cours ou à venir dans l’organisation des savoirs et des territoires, dans un dialogue entre l’École et le monde de la recherche ; cet effort d’intelligibilité devant déboucher sur des initiatives et des actions concrètes au service de l’apprentissage des élèves (partage de pratiques, formations, publication de ressources, cadre de compétences, etc.).

Les deux nouveaux thèmes sont d’une part les humanités numériques, d’autre part l’École et le territoire apprenant en environnement numérique. Le thème de l’École et du territoire apprenant aborde la mise en réseau d’intelligence collective des acteurs territoriaux au service d’une éducation par la recherche et d’une démarche globale de formation tout au long de la vie, correspondant aux réalités et besoins locaux.

En raison du thème du colloque dans lequel nous intervenons, nous insisterons bien sûr davantage sur celui des humanités numériques.

– Ce thème propose d’aborder le champ des humanités et des études numériques (digital humanities/digital studies), à présent largement documenté dans la communauté internationale des chercheurs, pour contribuer à la compréhension des changements épistémologiques, didactiques et pédagogiques en cours (dynamiques de réseau, données et algorithmes, big data, intelligence artificielle, nouvelles pratiques d’écriture, d’annotation, de publication, de mise en ligne des corpus, de valorisation du patrimoine, de diffusion des savoirs et de communs de la connaissance, etc.).

– Partant du constat que le numérique désigne désormais, plus qu’un ensemble d’outils, un phénomène « pervasif », c’est-à-dire omniprésent dans l’environnement social et dans l’ensemble des secteurs professionnels, il nous semble important d’être attentif à ce tournant dans le monde de la recherche et de l’enseignement qui propose une approche transdisciplinaire et réflexive du numérique, abordé comme milieu d’organisation des savoirs et objet d’étude.

– Derrière le terme “numérique” il y a désormais bien plus qu’un enjeu d’entrée de l’informatique à l’École.

– Ainsi, par exemple, les programmes du cycle 4 (5e-3e) intègrent bien cette réalité : « Le monde contemporain a introduit à l’école les outils numériques qui donnent accès à une information proliférante dont le traitement constitue une compétence majeure. Le domaine 2 [du socle commun de connaissances, de compétences et de culture : méthodes et outils pour apprendre] vise un usage éclairé de ces outils, à des fins de connaissance et pas seulement d’information, pour former des utilisateurs conscients de leurs potentialités mais aussi des risques qu’ils peuvent comporter et des responsabilités des utilisateurs ».

– C’est pourquoi un travail est engagé depuis quelques années dans la communauté scolaire pour être attentif aux connexions et aux dialogues qui peuvent s’engager avec les acteurs de ces champs d’études à la fois inter- et transdisciplinaires que sont les humanités numériques et les digital studies.

– En effet, ces champs d’études s’organisent autour de questionnements qui interrogent aussi la communauté éducative : à savoir l’évolution des gestes métiers de construction, de diffusion et de transmission des savoirs, la part et la place des données numériques dans ces processus, l’organisation en réseaux et en communautés de pratiques, etc.

– Plusieurs contributions dans les articles et ouvrages qui leur sont consacrés insistent en effet sur leur ouverture, au-delà des seules SHS ou de l’informatique et sciences du numérique.

– Ainsi la récente revue lancée par Humanistica se déclare-t-elle ouverte “à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs”.

– Entre chercheurs œuvrant dans ces champs d’étude, ou intégrant pleinement le numérique comme cadre de travail des pratiques savantes, et enseignants (et plus largement l’ensemble des acteurs du système scolaire) existent des thématiques communes et des centres d’intérêt communs.

– Comment dès lors établir ou formaliser ce dialogue ? En fait ce dialogue a déjà débuté, notamment dans le cadre de journées d’étude ou de formation. Exemples : lors de deux séminaires organisés dans l’académie de Créteil en 2016 et 2017 ou lors du salon Eduspot en 2017 (à l’occasion de la réunion de l’ensemble des experts disciplinaires du second degré).

– A l’occasion du dialogue organisé sur le salon Eduspot en mars 2017, au moins six grands principes directeurs ont été identifiés :

valeurs – transdisciplinarité – pratique – esprit critique – intelligence collective – communs

– valeurs : sur quelles valeurs faire reposer les pratiques du numérique à l’École ;

– transdisciplinarité : pour une approche transdisciplinaire du numérique ;

– mise en pratique : un numérique du “faire”, un apprentissage par une mise en pratique active et réflexive ;

– esprit critique : une exigence permanente d’éveil de l’esprit critique ;

– réseau et intelligence collective ;

– diffusion des savoirs et communs de la connaissance.

– Par ailleurs un séminaire national sera proposé en 2018 dans le cadre du plan national de formation à destination des cadres et des formateurs.

– Exemple d’application proposée lors de ces formations : passerelles avec l’Éducation à partir du manifeste de 2010.

– Au centre de ce dialogue il y a tout l’enjeu de la construction d’une culture transdisciplinaire des pratiques savantes du numérique, puisque c’est ainsi que le manifeste de 2010 présente les humanités numériques : comme une transdiscipline.

– Les enseignants praticiens du numérique, et qui à ce titre sont très souvent des utilisateurs actifs des médias sociaux pour y publier leurs ressources et échanger leurs pratiques, ont déjà une part active dans ces échanges à plusieurs niveaux :

– en inscrivant leur activité dans un réseau ouvert, au-delà des murs de leur établissement ou de la salle des professeurs, entrant ainsi en dialogue avec l’ensemble des praticiens du savoir en général et dans une dimension internationale, a minima francophone avec leurs collègues suisses, belges, canadiens ou de l’Afrique francophone ;

– en animant ces échanges dans leurs champs disciplinaires respectifs ;

– en animant ces échanges à un niveau transdisciplinaire, dans un domaine qu’on pourrait qualifier en une première approche de “culture numérique”, mais une culture numérique appliqué au champ des savoirs et aux pratiques qui leur sont dédiées.

– L’environnement numérique en contexte scolaire, ou plus largement académique, voit ainsi se développer ainsi de nouvelles compétences transversales. Ceux-ci font écho aux référentiels de formation qui prennent corps dans les humanités numériques : recueillir et traiter des données, publier en ligne, annoter des textes ou des médias numérique, s’exprimer sur les réseaux sociaux (en tant qu’enseignant, en tant que chercheur), travailler en mode projet dans un environnement interprofessionnel, etc.

Conclusion

Comme on le voit, le cadre de réflexion et d’application que proposent les humanités numériques peut fournir au monde de l’éducation des pistes de travail pour penser :

l’impact du numérique dans les démarches scientifiques et pédagogiques de chaque champ disciplinaire ;

l’apport de chaque champ disciplinaire dans l’étude et la compréhension de l’environnement numérique ;

– la construction et la réorganisation des savoirs construits/enseignés pour l’École et à l’École en articulation avec la recherche ;

– la façon dont les praticiens des savoirs en milieu numérique (tous niveaux et disciplines confondus) s’organisent pour « faire réseau » (lieux et moments d’échange, utilisation des réseaux sociaux, des plateformes de publication, d’outils communs, etc.).

En conclusion, le sens de ce dialogue est bien une appropriation intellectuelle du numérique par les acteurs du savoir.

Par ce dialogue des humanités numériques, il s’agit donc de donner au numérique à l’École son sens le plus exigeant, qui ne limite pas aux seuls aspects techniques et qui s’appuie sur les valeurs fondatrices du projet scolaire (humanisme et valeurs républicaines).
Cela traduit enfin la nécessité de définir le numérique dans le monde de l’éducation et de la recherche comme culture, écriture et cadre de production des savoirs, et non comme une addition d’outils dont il faudrait sans cesse démontrer la plus-value.

 

ANNEXES

1. Quelques liens

Espace slideshare

https://fr.slideshare.net/elieallouche

Carnet de recherche

http://education.hypotheses.org/

Page Eduscol du Numérilab

http://eduscol.education.fr/cid93919/la-mission-d-incubation-de-la-dne.html

Lettre thématique Eduscol (juin 2017)

http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_04

2. Humanités numériques et éducation : essais de visualisation

Humanités numériques et éducation : essai de schématisation

Humanités numériques et éducation : visualisation des mots clés

(réalisée avec Tagul/Wordart)

L’académie “apprenante” : visualisation des mots clés

(réalisée avec Tagul/Wordart)

Source : intervention et interview de Madame la Rectrice de Dijon sur l’académie apprenante à l’occasion de l’université numérique de Dijon (octobre 2017)

https://www.ludovia.com/2017/10/luniversite-numerique-dautomne-de-dijon-au-coeur-du-projet-dacademie-apprenante/

Source de l’article : Communication au 15ème Colloque annuel de l’Institut des Amériques – Amériques/Europe, les Humanités numériques en partage ? Enjeux, innovations et perspectives (Université de La Rochelle 18, 19 et 20 octobre 2017)
Titre de la communication : Les humanités et études numériques comme cadre d’intelligibilité, d’accompagnement et d’impulsion des transformations éducatives et territoriales.
[Thème 5 : Ouvrir le champ scientifique à la demande sociale. Enjeux pédagogiques, enjeux patrimoniaux et enjeux de médiatisation de la production scientifique.]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *