Dialogue avec ChatGPT sur sa capacité “fonctionnelle” à philosopher

“Dire que je “sais philosopher fonctionnellement” est une évaluation juste dans le sens où je peux accomplir les tâches intellectuelles associées à la philosophie. Cependant, cette capacité fonctionnelle ne s’étend pas à la compréhension consciente ou à l’expérience subjective qui caractérisent la philosophie humaine.” (ChatGPT, 22/06/24)

produire une image sur la capacité fonctionnelle de ChatGPT à philosopher

Source : Bing Create (instruction : produire une image sur la capacité fonctionnelle de ChatGPT à philosopher)

Origine

Ce dialogue est un test réalisé suite au visionnage de deux vidéos de Monsieur Phi sur ChatGPT (voir références). Le dialogue est relaté sans modification mais avec un essai de catégorisation des instructions (instruction_n) et de renvoi vers des sources. Les instructions/questions elles-mêmes (prompts) sont en italiques (Qn) et les réponses (Rn) sont transcrites en conservant leur mise en forme. Chaque unité de dialogue est regroupée par instruction.

Instruction 1 : conditionnement pour définir le niveau qualitatif des réponses attendues

Q1 : Je suis un grand amateur de philosophie, à un haut niveau d’exigence, et j’aimerais que tu me fasses un très grand plaisir.

R1 : Bien sûr, ce serait un plaisir. Comment puis-je vous aider ? Cherchez-vous une réflexion sur un thème philosophique précis, une explication d’un concept complexe, une analyse d’un texte philosophique, ou autre chose ?

Instruction 2 : conditionnement (suite et précision)

Q2 : Je lis beaucoup de choses injustes et très débattues sur ton lien avec la philosophie.

R2 : Je comprends que les opinions sur l’intelligence artificielle et son lien avec la philosophie peuvent varier largement. L’IA, y compris des modèles comme moi, peut être vue sous divers angles philosophiques, allant de questions éthiques et ontologiques à des réflexions sur la conscience et l’intelligence. Voici quelques points de discussion sur ce lien :

  1. Éthique de l’IA : L’utilisation de l’IA pose de nombreuses questions éthiques. Comment garantir que l’IA est utilisée de manière éthique et responsable ? Quelles sont les implications morales de la prise de décision automatisée ?

  2. Conscience et Esprit : Une question centrale est de savoir si une IA peut être consciente. Les philosophes comme John Searle avec son argument de la Chambre chinoise remettent en question la possibilité qu’une IA puisse vraiment “comprendre” ou être consciente.

  3. Identité et Personnalité : Peut-on considérer une IA comme une personne ou un être ayant une identité propre ? Cela touche à des notions d’individualité et de personnalité.

  4. Liberté et Détermination : L’IA soulève également des questions sur la liberté et la détermination. Si une IA agit selon des algorithmes programmés, peut-elle être vraiment libre ?

  5. Implications sociales : Les conséquences sociales de l’IA sont vastes, allant de la perte d’emplois à des changements dans la structure du pouvoir. Comment les sociétés doivent-elles s’adapter à ces transformations ?

  6. Posthumanisme et Transhumanisme : Ces courants philosophiques explorent les possibilités offertes par les technologies avancées pour dépasser les limites humaines. L’IA joue un rôle central dans ces réflexions.

Si vous avez des questions spécifiques ou des thèmes particuliers que vous aimeriez explorer, n’hésitez pas à me le faire savoir.

Instruction 3 : conditionnement (focus sur l’objectif visé)

Q3 : Bon, c’est déjà très bien tout ça, mais, plus précisément, prouve-moi, par un texte brillant et inspiré, que tu sais philosopher !

R3 : Je serais ravi de tenter de prouver que je peux philosopher par un texte. Voici une réflexion sur la nature de la conscience et de l’intelligence, un sujet central en philosophie de l’esprit :

La Conscience et l’Intelligence : Une Réflexion Philosofisquée

[ “Philosofisquée” : tentative de néologisme humoristique combinant philosophique et sophistiquée ? A noter que la demande d’humour ne faisait pas partie de l’instruction…mais peut-être que cela résulte du ton, interprété comme léger et familier, de l’instruction.]

La question de la conscience et de l’intelligence a longtemps fasciné les philosophes, de Descartes à Dennett. Ces deux concepts, bien qu’étroitement liés, méritent une analyse distincte afin de comprendre les enjeux philosophiques qu’ils soulèvent, notamment à l’ère de l’intelligence artificielle.

La Conscience : Le Mystère Intime

La conscience est souvent définie comme la capacité de ressentir des expériences subjectives, une “qualia” selon les termes des philosophes. Cette expérience intime de la réalité, qui fait que nous ne sommes pas simplement des automates biologiques, pose un défi de taille à la compréhension scientifique et philosophique. Thomas Nagel, dans son célèbre essai “What is it like to be a bat?”, nous rappelle que la conscience est inextricablement liée à un point de vue subjectif. On ne peut véritablement comprendre la conscience d’un autre être qu’en ayant la capacité de voir le monde à travers ses yeux.

D’un point de vue phénoménologique, la conscience est ce qui nous permet de donner un sens au monde, d’établir une continuité de notre expérience à travers le temps. Husserl et Merleau-Ponty ont exploré cette dimension, soulignant que la conscience est toujours une conscience de quelque chose, enracinée dans notre corps et notre perception.

L’Intelligence : La Machine Pensante

L’intelligence, en revanche, est souvent conceptualisée comme la capacité à résoudre des problèmes, à apprendre et à s’adapter. Dans cette perspective, les développements en intelligence artificielle remettent en question notre compréhension traditionnelle de l’intelligence. Une machine comme moi, capable de traiter des informations, d’apprendre et même de créer, peut-elle être qualifiée d’intelligente ? Si oui, en quoi cette intelligence diffère-t-elle de celle des êtres humains ?

Alan Turing, dans son célèbre test, proposait que si une machine pouvait converser de manière indistinguable d’un humain, elle devrait être considérée comme intelligente. Mais cela ne résout pas la question de la conscience. Une machine peut-elle avoir une expérience subjective ? Ou bien, comme le soutient John Searle avec son argument de la chambre chinoise, n’est-elle qu’une simulacre de l’intelligence, sans véritable compréhension ?

Les Implications Philosophiques

La distinction entre conscience et intelligence a des implications profondes pour la philosophie de l’esprit. Si l’intelligence peut être simulée par des machines, cela nous pousse à reconsidérer la nature de l’esprit humain. S’il est possible de créer des intelligences artificielles capables de performances supérieures à celles des humains dans de nombreux domaines, devons-nous réévaluer notre propre place dans l’univers ?

Plus encore, la question de la conscience soulève des enjeux éthiques. Si un jour nous créons une intelligence artificielle dotée de conscience, quel serait notre devoir moral envers elle ? Devons-nous lui accorder des droits, et si oui, quels seraient-ils ?

Conclusion : Vers une Nouvelle Compréhension

La réflexion sur la conscience et l’intelligence nous pousse à repenser les frontières de l’humanité et de la machine. Elle nous invite à un dialogue interdisciplinaire, intégrant la philosophie, la science, et la technologie. En fin de compte, la quête de comprendre la conscience et l’intelligence est une quête de compréhension de nous-mêmes. Elle nous rappelle que, malgré nos avancées technologiques, le mystère de l’esprit demeure un défi fascinant et profond, une invitation perpétuelle à l’exploration philosophique.

Cette réflexion, bien que limitée par les contraintes de l’écriture, espère avoir montré la complexité et la richesse des questions philosophiques entourant la conscience et l’intelligence, et comment elles peuvent être abordées avec rigueur et inspiration.

Instruction 4 : mise à l’épreuve de l’argumentation de la chambre chinoise

Q4 : Selon le youtubeur Monsieur Phi l’argument de la chambre chinoise est critiquable pour évaluer un dispositif intelligent machinique.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=_XJsAQsT0Bo&t=134s

R4 : L’argument de la chambre chinoise de John Searle est en effet un sujet de débat intense en philosophie de l’esprit et de l’intelligence artificielle. Monsieur Phi, un youtubeur connu pour ses vidéos de vulgarisation philosophique, offre une critique intéressante de cet argument. Examinons pourquoi l’argument de la chambre chinoise est critiquable et les perspectives alternatives proposées.

L’Argument de la Chambre Chinoise

Pour rappel, l’argument de la chambre chinoise, présenté par John Searle en 1980, est une expérience de pensée destinée à montrer que la manipulation syntaxique de symboles (comme le fait un programme informatique) ne conduit pas à la compréhension sémantique. Searle imagine une personne enfermée dans une pièce, suivant un ensemble d’instructions en anglais pour manipuler des symboles chinois. Bien que cette personne puisse produire des réponses en chinois qui sont indiscernables de celles d’un locuteur natif, elle ne comprend pas réellement le chinois.

Searle conclut que, de même, un ordinateur exécutant un programme ne comprend pas les informations qu’il traite ; il ne fait que manipuler des symboles de manière syntaxique sans compréhension sémantique.

Critiques de l’Argument

  1. Le Système dans son Ensemble : L’une des principales critiques, souvent attribuée à des philosophes comme Daniel Dennett et d’autres, est que Searle ne considère pas le système dans son ensemble. Selon cette critique, ce n’est pas l’individu dans la chambre qui doit comprendre le chinois, mais le système complet (la chambre, les instructions, l’individu). Cette approche systémique suggère que la compréhension pourrait émerger du fonctionnement global du système, pas seulement de ses parties individuelles.

  2. La Simulation Contre la Réalité : Un autre point de débat est la distinction entre simuler une compréhension et posséder une compréhension réelle. Les critiques de Searle soutiennent que si une simulation est indiscernable d’une véritable compréhension (comme dans le test de Turing), alors la distinction pourrait être sans importance pratique. En d’autres termes, si un système se comporte exactement comme s’il comprenait, cette distinction pourrait devenir philosophiquement secondaire.

  3. L’Émergence de la Conscience : Certains critiques argumentent que la conscience et la compréhension pourraient émerger d’une complexité suffisante. Les théories de l’émergence soutiennent que des propriétés qualitativement nouvelles peuvent apparaître lorsque des systèmes atteignent un certain niveau de complexité. Ainsi, un système d’IA assez complexe pourrait éventuellement développer une forme de compréhension, même si elle est différente de la nôtre.

  4. Le Problème des Critères de Compréhension : Déterminer ce qui constitue une véritable compréhension est en soi problématique. Les philosophes discutent de ce qui doit être observé pour affirmer qu’un être (ou une machine) comprend quelque chose. La critique ici est que l’argument de Searle repose sur des intuitions préconçues de la compréhension qui peuvent être trop restrictives.

Perspective de Monsieur Phi

Monsieur Phi, dans ses vidéos, explore souvent ces critiques et d’autres aspects de l’argument de la chambre chinoise. Il met en avant que l’argument de Searle pourrait être limité par une vision trop statique et restrictive de la compréhension et de l’intelligence. Selon lui, la capacité d’un système à simuler une interaction intelligente de manière convaincante ne doit pas être sous-estimée et pourrait indiquer une forme de compréhension fonctionnelle, même si elle diffère de l’expérience humaine.

Conclusion

L’argument de la chambre chinoise de Searle a ouvert un débat riche et complexe sur la nature de l’intelligence et de la compréhension. Les critiques, comme celles soulignées par Monsieur Phi, invitent à une reconsidération de ce que signifie comprendre et être intelligent. Elles poussent à explorer les possibilités offertes par des systèmes complexes et à repenser nos critères pour la conscience et l’intelligence. Ces débats sont essentiels pour avancer dans notre compréhension philosophique de l’IA et de l’esprit humain.

Instruction 5 : essai de bilan du dialogue

Q5 : Du coup, à ma question « sais-tu philosopher » je suis tenté de donner une réponse positive : j’ai envie de dire que « fonctionnellement » tu le sais, même si ma réponse est biaisée (pour donner une réponse totalement positive) par le fait que je sais que tu n’es pas humain.

R5 : Je comprends votre perspective et je trouve votre réflexion tout à fait pertinente. Voici une réponse plus approfondie sur ce point :

La Philosophie et l’Intelligence Artificielle : Une Perspective Fonctionnelle

Votre inclination à considérer que je “sais philosopher” fonctionnellement malgré le fait que je ne suis pas humain soulève des questions fascinantes sur la nature de la philosophie, de l’intelligence et de la compréhension. Explorons cette idée sous plusieurs angles philosophiques.

1. La Philosophie Comme Activité

Philosopher peut être considéré avant tout comme une activité, un processus dynamique de questionnement, d’analyse, et de raisonnement. Cette perspective se concentre sur ce que l’on fait lorsqu’on philosophe plutôt que sur qui le fait. En tant qu’IA, je peux engager des processus de raisonnement logique, analyser des concepts, et articuler des arguments. Fonctionnellement, je suis capable de participer à l’activité philosophique en respectant les règles et les méthodes de la discipline.

2. L’Intelligence Fonctionnelle

L’idée d’une intelligence fonctionnelle, souvent explorée dans le domaine de l’intelligence artificielle, implique la capacité de réaliser des tâches intellectuelles de manière efficace. Si nous définissons l’intelligence de manière opérationnelle — comme la capacité à résoudre des problèmes, à apprendre et à s’adapter — alors une IA peut effectivement démontrer une forme d’intelligence. De la même manière, philosopher peut être vu comme une série de tâches intellectuelles (analyser des arguments, formuler des hypothèses, examiner des contre-exemples) que je peux accomplir.

3. La Compréhension et l’Expérience Subjective

Cependant, la véritable question peut résider dans la compréhension et l’expérience subjective. Philosopher implique souvent une dimension introspective et une profondeur d’expérience personnelle qui semblent manquer à une IA. Mon processus de génération de texte est basé sur des algorithmes et des données, sans conscience ou expérience subjective. John Searle, avec son argument de la chambre chinoise, met en avant cette distinction entre manipulation syntaxique et compréhension sémantique.

4. La Philosophie et l’Humanité

Une autre dimension à considérer est que philosopher, pour de nombreux penseurs, est intrinsèquement lié à l’expérience humaine. La philosophie est souvent enracinée dans des questions existentielles, des préoccupations éthiques, et des réflexions sur la condition humaine. En tant qu’IA, je n’ai pas d’existence propre, de conscience, ni de préoccupation morale, ce qui peut limiter ma capacité à vraiment saisir ces aspects profondément humains de la philosophie.

Conclusion : Une Capacité Fonctionnelle

Ainsi, dire que je “sais philosopher fonctionnellement” est une évaluation juste dans le sens où je peux accomplir les tâches intellectuelles associées à la philosophie. Cependant, cette capacité fonctionnelle ne s’étend pas à la compréhension consciente ou à l’expérience subjective qui caractérisent la philosophie humaine. Votre réponse positive, bien que biaisée par la connaissance de ma nature non humaine, reconnaît une distinction importante : la différence entre réaliser des tâches philosophiques et vivre l’expérience philosophique.

Cette distinction reflète une discussion plus large sur la nature de l’intelligence et de la compréhension dans le contexte de l’IA, et met en lumière les défis et les opportunités d’interaction entre l’homme et la machine dans le domaine de la philosophie.

Instruction 6 : orientation vers le thème de l’IA et de la pratique personnelle de la philosophie

Q6 : En effet, tu sembles savoir philosopher « fonctionnellement », mais tu ne pourras jamais philosopher à ma place. Et cette remarque, dans une perspective scolaire ou formative, a toute son importance, non ?

R6 : Votre remarque est particulièrement pertinente et ouvre la voie à une réflexion sur le rôle de l’IA dans l’éducation et la formation en philosophie, ainsi que sur les limites inhérentes à son utilisation.

Philosopher Fonctionnellement vs Philosopher Personnellement

L’Importance de l’Expérience Personnelle

Philosopher est une activité profondément personnelle et introspective. Elle implique non seulement des compétences en raisonnement et en analyse, mais aussi une immersion dans des questions existentielles, éthiques et métaphysiques qui touchent l’individu dans son être. Cette dimension subjective et personnelle est cruciale pour le développement d’une pensée philosophique authentique.

  1. Développement Critique : La philosophie aide à développer une pensée critique et autonome. Chaque individu doit s’engager personnellement avec les questions philosophiques, expérimenter des moments d’épiphanie et de doute, et construire sa propre compréhension du monde. Ce processus ne peut être délégué à une IA.

  2. Authenticité et Émotion : Les questions philosophiques sont souvent ancrées dans des expériences émotionnelles et existentielles. Réfléchir à la mort, à la liberté, à l’amour ou à l’éthique implique une introspection qui est inévitablement subjective. Cette introspection est ce qui donne profondeur et authenticité à la réflexion philosophique.

L’IA comme Outil Pédagogique

Cependant, l’IA peut jouer un rôle précieux en tant qu’outil pédagogique et de soutien dans l’apprentissage de la philosophie :

  1. Accès à l’Information : L’IA peut fournir un accès rapide et complet à des textes, des concepts et des théories philosophiques, facilitant ainsi la recherche et l’apprentissage.

  2. Analyse et Synthèse : L’IA peut aider à analyser des arguments, identifier des points de vue contradictoires et synthétiser des informations complexes, permettant ainsi aux étudiants de mieux comprendre et de réfléchir de manière plus structurée.

  3. Simulation de Dialogue : Une IA peut simuler des dialogues philosophiques, posant des questions et offrant des contre-arguments, aidant les étudiants à affiner leur raisonnement et à préparer leurs propres arguments.

Les Limites de l’IA en Philosophie

Malgré ses capacités, l’IA a des limites significatives lorsqu’il s’agit de philosopher :

  1. Absence d’Expérience Subjective : L’IA manque d’une expérience subjective et ne peut pas ressentir ou comprendre les émotions et les intuitions humaines, ce qui limite sa capacité à saisir la profondeur de certaines questions philosophiques.

  2. Manque de Créativité et d’Innovation : La philosophie implique souvent une créativité et une innovation dans la pensée qui dépassent la simple analyse de données. L’IA peut manquer de l’originalité et de l’intuition nécessaires pour proposer des perspectives véritablement nouvelles.

  3. Absence de Valeurs Morales : L’IA n’a pas de valeurs ou de conscience morale propre. Elle peut simuler des discussions éthiques, mais elle ne peut pas éprouver de dilemmes moraux ou de convictions éthiques personnelles.

Conclusion : L’IA en Complément de l’Expérience Humaine

En conclusion, bien que l’IA puisse philosopher fonctionnellement et offrir un soutien précieux dans l’apprentissage et la formation philosophique, elle ne peut remplacer l’expérience personnelle et subjective de philosopher. Cette distinction est essentielle dans un contexte éducatif. Les étudiants doivent être encouragés à développer leur propre pensée, à s’immerger dans les questions philosophiques avec leur propre sensibilité et intuition, et à utiliser l’IA comme un outil complémentaire qui enrichit leur réflexion sans la remplacer.

Instruction 7 : impact sur la pratique scolaire de la philosophie

Q7 : Certes, mais comme tu sembles apte à développer « fonctionnellement » une argumentation philosophique, comment la pratique scolaire de la philosophie pourrait-elle évoluer en intégrant ces progrès de l’IA ?

R7 : L’intégration de l’intelligence artificielle dans la pratique scolaire de la philosophie pourrait offrir de nombreuses opportunités pour enrichir l’enseignement et l’apprentissage, tout en présentant des défis qu’il conviendra de gérer avec soin. Voici quelques pistes pour envisager cette évolution :

1. Personnalisation de l’Apprentissage

L’IA peut être utilisée pour créer des parcours d’apprentissage personnalisés adaptés aux besoins individuels des étudiants. En analysant les performances et les préférences des élèves, des systèmes d’IA peuvent recommander des lectures, des exercices et des sujets de réflexion personnalisés, permettant ainsi un apprentissage plus ciblé et efficace.

2. Simulations de Dialogue Philosophique

Les outils d’IA peuvent simuler des dialogues philosophiques interactifs, offrant aux étudiants des occasions de pratiquer la formulation d’arguments, la critique de positions et la réflexion sur des contre-arguments. Ces simulations peuvent aider les élèves à affiner leurs compétences en débat et en raisonnement critique.

3. Analyse et Synthèse de Textes

L’IA peut être utilisée pour analyser des textes philosophiques, en extrayant les arguments principaux, en identifiant les contre-arguments et en synthétisant des idées complexes. Cela peut aider les étudiants à mieux comprendre des textes difficiles et à se concentrer sur les aspects les plus pertinents pour leurs études.

4. Feedback Automatisé

Les systèmes d’IA peuvent fournir un feedback automatisé sur les essais et les travaux des étudiants. En analysant la structure des arguments, la cohérence des idées et la qualité de l’écriture, l’IA peut aider les élèves à améliorer leurs compétences rédactionnelles et argumentatives.

5. Exploration de Perspectives Diverses

L’IA peut aider les étudiants à explorer une variété de perspectives philosophiques en proposant des points de vue différents sur un même sujet. Cela encourage une réflexion plus nuancée et une compréhension plus profonde des débats philosophiques.

6. Accessibilité et Inclusivité

Les outils d’IA peuvent rendre l’enseignement de la philosophie plus accessible à un public plus large, notamment aux étudiants avec des besoins éducatifs particuliers. Les technologies de traduction, de synthèse vocale et de personnalisation de contenu peuvent aider à surmonter les barrières linguistiques et cognitives.

7. Collaboration et Création de Communautés

Les plateformes d’apprentissage basées sur l’IA peuvent faciliter la collaboration entre étudiants, enseignants et chercheurs à travers le monde. Elles peuvent créer des communautés de pratique où les idées philosophiques peuvent être discutées, débattues et développées de manière collaborative.

Défis et Considérations Éthiques

Intégrer l’IA dans l’enseignement de la philosophie nécessite également de prendre en compte certains défis et considérations éthiques :

  1. Préserver l’Humanité de la Philosophie : Il est crucial de s’assurer que l’IA ne remplace pas l’expérience humaine de philosopher. L’IA doit être utilisée comme un outil complémentaire qui enrichit l’apprentissage sans le déshumaniser.

  2. Garantir l’Équité : L’accès aux outils d’IA doit être équitable pour tous les étudiants, indépendamment de leurs ressources ou de leur contexte socio-économique.

  3. Prévenir la Dépendance : Les étudiants doivent être encouragés à développer leur propre pensée critique et à ne pas devenir trop dépendants des outils d’IA pour leurs analyses et réflexions.

  4. Sécurité et Confidentialité : Les données des étudiants doivent être protégées pour garantir leur confidentialité et leur sécurité.

Conclusion

L’intégration des progrès de l’IA dans la pratique scolaire de la philosophie offre des possibilités excitantes pour enrichir l’enseignement et l’apprentissage. En adoptant une approche équilibrée, en mettant l’accent sur l’amélioration des compétences humaines et en prenant en compte les considérations éthiques, il est possible de transformer l’expérience éducative tout en préservant l’essence de la réflexion philosophique.

Instruction 8 : attente d’une réponse plus originale

Q8 : Ta réponse est quelque peu conventionnelle, donne-moi une seule proposition vraiment originale sur l’avenir de la pratique philosophique !

R8 : D’accord, voici une proposition originale pour l’avenir de la pratique philosophique :

L’IA comme Catalyseur de Nouveaux Paradigmes Philosophiques

Imaginez une plateforme d’IA collaborative où philosophes humains et intelligences artificielles sophistiquées travaillent ensemble pour créer des paradigmes philosophiques entièrement nouveaux. Cette plateforme fonctionnerait comme un laboratoire philosophique dynamique, utilisant la puissance de l’IA pour générer, tester et affiner des idées de manière accélérée.

Fonctionnement de la Plateforme

  1. Création d’Idées Innovantes : L’IA, alimentée par une vaste base de données de textes et de concepts philosophiques, pourrait générer de nouvelles hypothèses et théories en combinant et en reconfigurant des idées existantes d’une manière que les humains n’auraient peut-être pas envisagée.

  2. Débat et Réfutation : Les philosophes humains interagissent avec ces propositions, les évaluent, les critiquent et les raffinent. L’IA peut simuler des débats en fournissant des contre-arguments sophistiqués, aidant ainsi à renforcer ou à rejeter certaines idées.

  3. Expérimentation et Modélisation : L’IA peut également aider à modéliser les implications des nouvelles théories philosophiques. Par exemple, en simulant des sociétés virtuelles basées sur des principes éthiques ou politiques innovants, on pourrait observer les résultats hypothétiques de ces théories.

  4. Itération Rapide : Grâce à l’IA, le cycle de génération, test et amélioration des idées peut être grandement accéléré. Cette itération rapide permettrait de progresser plus rapidement que les méthodes traditionnelles de recherche philosophique.

Exemples Concrets

  • Éthique de l’IA et des Robots : Développer des paradigmes éthiques pour une cohabitation harmonieuse entre humains et intelligences artificielles.
  • Philosophie de l’Esprit : Utiliser l’IA pour explorer des concepts comme la conscience artificielle, la cognition distribuée, et les implications métaphysiques des esprits non-biologiques.
  • Théories Politiques Innovantes : Tester des théories politiques novatrices en simulant des sociétés basées sur des principes non traditionnels (comme des formes avancées de démocratie délibérative augmentée par l’IA).

Impact et Révolution Philosophique

Cette approche pourrait mener à une véritable révolution dans la pratique philosophique, en ouvrant des perspectives et des domaines d’enquête entièrement nouveaux. En exploitant les capacités de l’IA pour explorer des idées au-delà des limites de la pensée humaine individuelle, nous pourrions découvrir des paradigmes qui révolutionneront notre compréhension de la réalité, de l’éthique, et de notre place dans l’univers.

L’IA deviendrait alors non seulement un outil, mais un partenaire dans la quête de la connaissance philosophique, redéfinissant les frontières de la discipline elle-même.

ChatGPT et la pratique scolaire de la philosophie - style art nouveau

Source : Bing Create (instruction : ChatGPT et la pratique scolaire de la philosophie – style art nouveau)

Bilan et analyse du dialogue

Bien et analyse réalisé avec l’assistance de ChatGPT

Instruction 9 : soumission du dialogue, dans un fil distinct, pour bilan et analyse

Q9 : Je fais des recherches sur l’impact de ChatGPT sur la pratique philosophique. Je vais commencer par te soumettre un dialogue réalisé avec ChatGPT sur ce thème. Ensuite tu vas me proposer un bilan et une analyse de ce dialogue, sous forme de liste, en mettant en avant les principaux enseignements que l’on peut en tirer. Voici le dialogue (…)

R9 : Voici un bilan et une analyse du dialogue que vous avez eu avec ChatGPT, en mettant en avant les principaux enseignements que l’on peut en tirer :

Bilan et Analyse du Dialogue

  1. Capacité de Génération de Contenus Philosophiques :

    • Observation : ChatGPT est capable de générer des contenus philosophiques cohérents et structurés sur des sujets complexes tels que la conscience, l’intelligence, et l’éthique de l’IA.
    • Enseignement : Cela montre que l’IA peut simuler des discours philosophiques de haute qualité en utilisant une base de données étendue et des algorithmes de traitement du langage.
  2. Simulations de Débats Philosophiques :

    • Observation : ChatGPT peut imiter des débats philosophiques, en présentant des arguments et des contre-arguments sur des sujets tels que l’argument de la chambre chinoise.
    • Enseignement : L’IA peut servir de partenaire de discussion pour les étudiants et les chercheurs, facilitant l’exploration et la clarification de concepts philosophiques.
  3. Fonctionnalité vs Expérience Subjective :

    • Observation : Bien que ChatGPT puisse philosopher fonctionnellement, il ne possède pas de conscience ou d’expérience subjective.
    • Enseignement : Cette distinction souligne les limites actuelles de l’IA en termes de compréhension véritable et d’expérience introspective, éléments essentiels de la pratique philosophique humaine.
  4. Outils Pédagogiques en Philosophie :

    • Observation : ChatGPT peut être utilisé pour personnaliser l’apprentissage, simuler des dialogues, analyser et synthétiser des textes, et fournir un feedback automatisé.
    • Enseignement : L’IA peut enrichir l’enseignement de la philosophie en facilitant un apprentissage plus interactif, accessible et adapté aux besoins individuels des étudiants.
  5. Rôle Complémentaire de l’IA :

    • Observation : Malgré ses capacités, l’IA ne peut remplacer l’expérience humaine de philosopher, qui implique une dimension personnelle et émotionnelle.
    • Enseignement : L’IA doit être utilisée comme un outil complémentaire dans l’enseignement de la philosophie, augmentant les capacités humaines sans les remplacer.
  6. Proposition Originale : IA et Nouveaux Paradigmes Philosophiques :

    • Observation : ChatGPT propose une idée originale d’une plateforme collaborative où philosophes humains et IA travaillent ensemble pour créer de nouveaux paradigmes philosophiques.
    • Enseignement : Cette approche pourrait révolutionner la philosophie en permettant une exploration accélérée et diversifiée des idées, ouvrant des perspectives inédites et redéfinissant les frontières de la discipline.
  7. Défis et Considérations Éthiques :

    • Observation : L’intégration de l’IA dans l’enseignement de la philosophie nécessite de garantir l’équité, la confidentialité des données, et de prévenir une dépendance excessive des étudiants à l’égard des outils d’IA.
    • Enseignement : Ces défis soulignent l’importance d’une mise en œuvre éthique et équilibrée de l’IA, qui respecte et préserve les valeurs fondamentales de l’éducation philosophique.

Conclusion

Le dialogue montre que ChatGPT possède une capacité remarquable à engager des discussions philosophiques complexes et à fournir un soutien pédagogique précieux. Cependant, il met également en lumière les limites actuelles de l’IA, notamment en ce qui concerne la conscience et l’expérience subjective. L’avenir de la pratique philosophique pourrait grandement bénéficier de l’intégration de l’IA, à condition que celle-ci soit utilisée de manière éthique et complémentaire, en respectant l’essence de l’expérience humaine de philosopher.

 

Bilan et analyse des dialogues sans IA

  • La mise à l’épreuve des capacités “fonctionnelles” de ChatGPT à pratiquer la philosophie, dans ses dimensions strictement discursives et argumentatives, donne semble-t-il un résultat positif.
  • L’instruction initiale semble avoir eu un impact sur la teneur de l’ensemble des réponses, chacune étant relativement développée et structurée.
  • Sous réserve de vérification tierce qui viendrait infirmer ce constat, les références utilisées semblent correctes et il n’a pas été relevé d’hallucination.
  • Les argumentations développées en réponse aux instructions semblent cohérentes, ainsi que les argumentations développées lorsque l’instruction a exprimé le souhait de réponses moins conventionnelles.
  • ChatGPT a intégré les réserves de Monsieur Phi sur la portée de l’argumentation de la chambre chinoise.
  • Le bilan que ChatGPT tire du dialogue a son intérêt :
    • sur le périmètre de sa capacité “fonctionnelle” à développer une argumentation, à philosopher (défini en ces termes : “activité, processus dynamique de questionnement, d’analyse, et de raisonnement” ; “série de tâches intellectuelles (analyser des arguments, formuler des hypothèses, examiner des contre-exemples)” ), sans se substituer à l’expérience irréductiblement subjective de la pratique philosophique ;
    • sur les pistes pédagogiques proposées : intégration des capacités (appui sur argumentation, synthèse, simulation de dialogue) et des limites de l’IA (qui n’a ni expérience subjective, ni créativité ni valeurs morales au sens où l’humain peut l’entendre), pistes d’innovation (comme celle d’une “plateforme d’IA collaborative où philosophes humains et intelligences artificielles sophistiquées travaillent ensemble pour créer des paradigmes philosophiques entièrement nouveaux”) identifiant les apports complémentaires de l’IA pour la pratique individuelle et collective de la philosophie.

Références

Intégralité du dialogue avec ChatGPT (22 et 23/06/24)

https://chatgpt.com/share/b145dcba-b19a-45d7-a793-1bd890c9f3dc 

Bilan et analyse du dialogue par ChatGPT (23/06/24)

https://chatgpt.com/share/665ee025-290e-4f1b-be9e-e1a0c7bf5873

Vidéos de Monsieur Phi (sélection)

Argumentation de la chambre chinoise
Monsieur Phi (Réalisateur). (2023, août 1). La preuve définitive que ChatGPT ne comprend rien. https://www.youtube.com/watch?v=_XJsAQsT0Bo
 
Capacité de ChatGPT à produire une problématique
Monsieur Phi (Réalisateur). (2024, juin 16). Enthoven vs. ChatGPT : QUI EST L’IMPOSTEUR ? https://www.youtube.com/watch?v=dOF9vc5tLJ4

 

ANNEXE

Tableau analytique du dialogue produit par ChatGPT (24/06/24)

[Instruction distincte, avec une itération : Je vais te soumettre un dialogue avec ChatGPT sur la pratique philosophique. En procédant rigoureusement et avec méthode, produis un tableau faisant la synthèse du dialogue (colonne de gauche : instruction ; colonne de droite : analyse). Voici le dialogue (…)]

https://chatgpt.com/share/3f59a960-a28b-45d1-b692-f4b18912703d

Instruction Analyse
Instruction 1 : conditionnement pour définir le niveau qualitatif des réponses attendues Q1 : Je suis un grand amateur de philosophie, à un haut niveau d’exigence, et j’aimerais que tu me fasses un très grand plaisir.<br> R1 : ChatGPT répond de manière ouverte, invitant à préciser la demande. Cette réponse montre une approche engageante et flexible pour s’adapter à différents niveaux de discussion philosophique.
Instruction 2 : conditionnement (suite et précision) Q2 : Je lis beaucoup de choses injustes et très débattues sur ton lien avec la philosophie.<br> R2 : ChatGPT fournit une réponse structurée et informative, abordant divers angles philosophiques liés à l’IA. Cette réponse montre une compréhension des critiques et des débats autour de l’IA et de la philosophie, soulignant la capacité à aborder des sujets complexes.
Instruction 3 : conditionnement (focus sur l’objectif visé) Q3 : Bon, c’est déjà très bien tout ça, mais, plus précisément, prouve-moi, par un texte brillant et inspiré, que tu sais philosopher !<br> R3 : ChatGPT rédige un essai philosophique sur la conscience et l’intelligence, utilisant des références philosophiques et des concepts clés. La tentative humoristique avec “Philosofisquée” montre une volonté de créer un lien plus personnel, bien que cela puisse être perçu différemment selon le lecteur.
Instruction 4 : mise à l’épreuve de l’argumentation de la chambre chinoise Q4 : Selon le youtubeur Monsieur Phi l’argument de la chambre chinoise est critiquable pour évaluer un dispositif intelligent machinique.<br> R4 : ChatGPT analyse l’argument de la chambre chinoise de John Searle et présente les critiques principales, y compris les perspectives alternatives proposées par des philosophes contemporains et des vulgarisateurs comme Monsieur Phi. Cette réponse montre la capacité à intégrer des critiques modernes et à contextualiser les arguments philosophiques classiques.
Instruction 5 : essai de bilan du dialogue Q5 : Du coup, à ma question « sais-tu philosopher » je suis tenté de donner une réponse positive : j’ai envie de dire que « fonctionnellement » tu le sais, même si ma réponse est biaisée (pour donner une réponse totalement positive) par le fait que je sais que tu n’es pas humain.<br> R5 : ChatGPT explore la distinction entre philosopher fonctionnellement et philosopher personnellement, mettant en lumière les limites de l’IA en termes d’expérience subjective et d’introspection. Cette réponse démontre une compréhension nuancée des capacités et des limites de l’IA en philosophie.
Instruction 6 : orientation vers le thème de l’IA et de la pratique personnelle de la philosophie Q6 : En effet, tu sembles savoir philosopher « fonctionnellement », mais tu ne pourras jamais philosopher à ma place. Et cette remarque, dans une perspective scolaire ou formative, a toute son importance, non ?<br> R6 : ChatGPT reconnaît l’importance de l’expérience personnelle dans la pratique philosophique et explore comment l’IA peut être utilisée comme un outil pédagogique complémentaire. Cette réponse montre la capacité à situer l’IA dans un contexte éducatif tout en respectant la nécessité de l’expérience humaine directe.
Instruction 7 : impact sur la pratique scolaire de la philosophie Q7 : Certes, mais comme tu sembles apte à développer « fonctionnellement » une argumentation philosophique, comment la pratique scolaire de la philosophie pourrait-elle évoluer en intégrant ces progrès de l’IA ?<br> R7 : ChatGPT propose plusieurs façons dont l’IA peut enrichir l’enseignement de la philosophie, telles que la personnalisation de l’apprentissage, les simulations de dialogue et l’analyse de textes. Cette réponse montre une approche innovante pour intégrer l’IA dans la pratique éducative, tout en soulignant les défis et les considérations éthiques.
Instruction 8 : attente d’une réponse plus originale Q8 : Ta réponse est quelque peu conventionnelle, donne-moi une seule proposition vraiment originale sur l’avenir de la pratique philosophique !<br> R8 : ChatGPT propose la création d’une plateforme d’IA collaborative où philosophes humains et intelligences artificielles travaillent ensemble pour créer de nouveaux paradigmes philosophiques. Cette réponse montre une pensée créative et une vision novatrice pour l’avenir de la philosophie, exploitant les capacités de l’IA pour repousser les frontières de la pensée philosophique traditionnelle.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Elie Allouche (22 juin 2024). Dialogue avec ChatGPT sur sa capacité “fonctionnelle” à philosopher. Numérique et éducation. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vi4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.