Les origines anciennes du livre audio

lecture_audio

La fréquentation régulière de la plateforme http://www.litteratureaudio.com/ nous fait découvrir au fur et à mesure des lectures écoutées l’importance de la lecture à haute voix dans l’histoire du livre et dans l’histoire intellectuelle en général. On en mesure aussi toutes les potentialités pédagogiques à présent que les technologies numériques facilitent la production et la diffusion des « livres lus », auparavant réservés à un public plus restreint.

Pendant très longtemps en effet, il est manifeste que le livre (sous ses différentes formes matérielles) a été davantage lu à voix haute et en public, qu’en silence et pour soi-même.

C’est que nous rappelle Monique Dixsaut dans une note du Phédon de Platon (éd. Garnier-Flammarion, Note 260, p. 368 ), à propos d’un passage dit « autobiographique » (extrait 1) dans lequel Socrate raconte sa jeunesse et évoque la lecture publique d’un livre d’Anaxagore :

« Dans l’Antiquité un livre était plus fait pour être « écouté » par un auditoire que « lu » en privé, après quoi on le discutait et on le commentait passage par passage, ce qui devait sans doute conduire le maître à éclaircir et à améliorer sa rédaction (cf. H.Fränkel, Early Greek Poetry, p. 257 n.9 ; on trouve un écho de ce genre de pratique au début du Phèdre). »

En effet, le début du Phèdre met en scène Socrate discuter avec le jeune Phèdre, celui-ci faisant la lecture d’un discours écrit de Lysias (extrait 2). Ces deux exemples attestent aussi du lien originel entre lecture et discussion (commentaire).

Bien plus tard (fin du IVe siècle de notre ère), Saint-Augustin, dans les Confessions, fait part de sa surprise en observant Ambroise, évêque de Milan, lire en silence (extrait 3).

Tandis que la lecture silencieuse, murmurée ou « ruminée » se développe dans les monastères, la pratique de la lecture à haute voix se perpétue dans un cadre pédagogique avec la lectio (leçon) dans la scolastique médiévale (lecture détaillée des textes considérés comme fondamentaux et de leurs commentaires « autorisés » par le maître).

Jacques Verger, dans son ouvrage Les universités au Moyen-âge (PUF, 1973, p. 61) décrit ainsi la méthode : « le professeur, après une leçon d’introduction, lisait le texte à expliquer, s’interrompant par endroits pour en donner un commentaire plus ou moins approfondi ; les étudiants suivaient sur leur propre exemplaire du texte et prenaient des notes. »

Rappelons que la lectio était suivi de la disputatio (dispute) pendant laquelle un thème (quaestio) était débattu sous la présidence du maître, qui en dégageait ensuite une synthèse.

Documents et sitographie

Extrait 1 :

« [Socrate :] Un jour, pourtant, j’entendis faire la lecture d’un livre dont l’auteur, disait-on, était Anaxagore. On y affirmait que c’est l’intelligence qui est cause ordonnatrice et universelle. »

Platon, Phédon (97 b-c), traduction de Monique Dixsaut, Garnier-Flammarion, 1999

Extrait 2 :

« [Socrate :] Bon, eh bien, maintenant que nous voilà arrivés ici [près d’un platane], j’ai envie de m’allonger ; toi, choisis la manière que tu trouveras la plus pratique pour lire, et lis. Phèdre : Écoute donc. [s’ensuit la lecture du discours de Lysias] ».

Platon, Phèdre (230 e), traduction de Letitia Mouze, Livre de poche, 2007

Extrait 3 :

« Quand il [Ambroise, évêque de Milan] lisait, ses yeux couraient les pages dont son esprit perçait le sens ; sa voix et sa langue se reposaient. Souvent en franchissant le seuil de sa porte, dont l’accès n’était jamais défendu, où l’on entrait sans être annoncé, je le trouvais lisant tout bas et jamais autrement. Je m’asseyais, et après être demeuré dans un long silence (qui eût osé troubler une attention si profonde ? ) je me retirais, présumant qu’il lui serait importun d’être interrompu dans ces rapides instants, permis au délassement de son esprit fatigué du tumulte de tant d’affaires. Peut-être évitait-il une lecture à haute voix, de peur d’être surpris par un auditeur attentif en quelque passage obscur ou difficile, qui le contraignit à dépenser en éclaircissement ou en dispute, le temps destiné aux ouvrages dont il s’était proposé l’examen ; et puis, la nécessité de ménager sa voix qui se brisait aisément, pouvait être encore une juste raison de lecture muette. Enfin, quelle que fût l’intention de cette habitude, elle ne pouvait être que bonne en un tel homme. »

Saint Augustin, Confessions (VI, 3), Texte établi par Poujoulat et Raulx, L. Guérin & Cie, 1864 (pp. 406-416).

Source : http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Confessions_%28Augustin%29/Livre_sixi%C3%A8me

Ressources en ligne

Histoire de la lecture (Laurent Jenny, Dpt de Français moderne – Université de Genève, 2003)

http://www.unige.ch/lettres/framo/enseignements/methodes/hlecture/hlintegr.html

Exposition BNF : choses lues, choses vues

http://expositions.bnf.fr/lecture/index.htm

Bibliographie de la BNF

http://expositions.bnf.fr/lecture/bibliographie/01.htm

Perspectives didactiques de la lecture à voix haute

http://crdp.ac-bordeaux.fr/cddp24/Littjeunesse/voixhaute.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *