Le numérique, environnement du livre contemporain

Aujourd’hui la question n’est plus de savoir si le « livre numérique » (qui ne se limite pas à son marché, contrairement à ce que pourrait laisser sa couverture médiatique la plus courante) a un avenir (et si oui, lequel ? selon quelles modalités économiques?), mais de se demander si le livre peut encore exister en dehors d’un environnement technologique qui répond trait pour trait à ses principes fondateurs.

principes_fondateurs_livreIl s’agit donc d’énumérer ici brièvement les raisons pour lesquelles le livre contemporain ne peut être que numérique.

1ère raison : Le livre est d’abord un projet intellectuel et ne se limite pas à sa forme matérielle.

Rappelons la présentation générale et la définition que propose Albert Labarre (Histoire du livre, PUF, Que sais-je ? 1970 rééd. 1990) :

Après avoir rappelé la définition de la Grande encyclopédie (1895) qui définit le livre comme la « reproduction écrite d’un texte…destiné à la divulgation sous une forme portative », il note que « sa raison d’être » est avant tout le texte.

Le grand mérite d’Albert Labarre est d’en donner une définition centrée sur le contenu, non sur la matérialisation et de reconnaître que l’imprimerie « n’est qu’un avatar dans sa longue histoire ».

Il rappelle que le livre repose surtout sur les notions suivantes :

– support

– maniabilité

– diffusion

– conservation

On peut la distinguer d’une définition plus classique comme celle du Larousse (qui correspond aussi à celle reprise en introduction de l’article « livre » sur Wikipédia, les deux étant insuffisantes en ce qu’elles excluent aussi bien les rouleaux de papyrus que le livre numérique) :

« Assemblage de feuilles imprimées et réunies en un volume, broché ou relié. »

(http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/livre/66324 )

2e raison : Avec le numérique, le livre est dans son « élément », celui du texte.

Le numérique crée un nouvel environnement textuel dans lequel l’accès au document ne dépend plus d’une logique de stock (bien qu’un stockage soit toujours nécessaire) mais d’une logique de flux. Un texte produit peut ainsi être diffusé en principe sans limitation de quantité ou de durée, avec pour seule limitation le cadre technico-légal posé par son créateur ou son diffuseur. Cet environnement textuel numérique est d’ailleurs déjà depuis longtemps celui de la rédaction et de la production des livres (voire de l’ensemble de la chaîne du livre), qu’ils soient numériques ou pas.

Le numérique instaure d’autre part un environnement de mise en critique du texte, ouvert aux commentaires, aux débats, aux annotations et autres métadonnées, le web social et collaboratif mettant en œuvre des dynamiques d’appropriation individuelle et collective (et sans doute à terme de patrimonialisation) des contenus. C’est toute la pratique de la « conversation » autour du livre qui est ici transposée et renouvelée.

3e raison : Le numérique optimise l’accès à des services rendus autrefois par un seul type d’objet.

Les principaux apports industriels du numérique sont d’une part qu’il dissocie le texte de son support, d’autre part qu’il redistribue les fonctions du livre.

A chaque fois que cela est possible, est substituée ainsi à la forme livresque traditionnelle (celle du codex) la forme qui peut le mieux correspondre au service attendu (par exemple la base de données pour une encyclopédie ou l’application cartographique pour un atlas). Mais, même pour des œuvres qui se prêtent plus naturellement à une lecture linéaire (comme les romans ou les essais), toute lecture peut désormais être « augmentée » ou enrichie par l’accès à des données numériques.

4e raison : Le numérique répond à la vocation originelle du livre comme vecteur de diffusion des connaissances.

Comme espace de publication et de conservation par le partage, le numérique permet l’accomplissement de l’une des vocations originelles du livre, qu’Albert Labarre rappelle en ces termes : [le livre] « a été longtemps le principal, voire l’unique moyen de diffusion et de conservation des connaissances ; aussi participe-t-il profondément à l’histoire de la civilisation et de la culture. » (Albert Labarre, op. cit.)

Au moins pour la littérature pédagogique et scientifique, la vocation d’un texte, et d’un instrument de culture comme le livre, est de circuler et d’irriguer la pensée et les débats. Il gagne donc à être mis le plus largement possible en circulation afin de favoriser la production d’autres textes réellement inédits.

5e raison : Le numérique est une étape dans l’histoire polymorphe du livre.

Le livre a toujours été polymorphe (comme le montre par exemple le secteur du livre d’art) et la phase « numérique » de son histoire est d’abord marquée par au moins trois phénomènes qui rendent cette polymorphie de plus en plus forte et insaisissable.

1. L’enrichissement constant de son contenu par le multimédia (son, image, vidéo, voire réalité augmentée).

2. Le questionnement sur son périmètre et sa finitude : le livre est d’abord un texte (ou d’un discours, en intégrant les apports picturaux et du multimédia en général) dont la taille (ou le « volume ») est a priori identifiée, œuvre d’un auteur (ou d’une équipe d’auteurs), qui le fixe à une date donnée – mais il peut être aussi écrit ou co-écrit par ses lecteurs ou futurs lecteurs (ce qui rejoint le point 3), le numérique facilitant par ailleurs les réécritures, traductions, rééditions et autres mises à jour. On retrouve ici la tension entre identité et malléabilité, analysée par Roger Chartier (cours au Collège de France, notamment lors du cycle « Qu’est-ce qu’un livre ? », 2009-2010).

3. La part croissante que prennent les lecteurs/consommateurs-producteurs dans un processus en constante réinvention.

Dans un environnement transmédia, les lecteurs voient leurs « expériences » de lecture et d’accès au texte se diversifier considérablement : outre la lecture linéaire, cette lecture/navigation s’enrichit de l’hypertextualité, d’une lecture plus fragmentée (qui a en fait toujours existé) et de la consultation de toute la palette des médias disponibles.

Mais pour que que les modes de production soient en phase avec les usages, au moins deux types d’attentes doivent être entièrement satisfaites pour que les lecteurs s’y retrouvent :

– des normes et des standards qui garantissent la portabilité des textes sur les principaux supports et terminaux de lecture ;

– des dispositifs juridiques et techniques qui garantissent une réelle appropriation du texte acquis (annotations, commentaires, partage, legs, etc.).

lecture_transmedia

La communauté des humanités numériques s’interroge bien sûr sur le devenir du livre, mais pour dépasser cette question et privilégier une réflexion plus globale sur le texte.

Pour Claire Clivaz par exemple, à propos de l’ouvrage de François Valloton, les batailles du livre, la question n’est plus tant le livre en lui-même qu’une « réinvention des pratiques éditoriales », avec notamment la mise en ligne de produits originaux comme les « eTalks » (« nouvelle forme multimédia de transmission de la connaissance »).

Enfin pour Aurélien Berra, qui se déclare « amoureux des manuscrits [et] des livres, c’est avant tout le texte qui [importe]. Et s’il faut se battre pour des supports, ce n’est pas pour eux-mêmes, mais bien pour ce qu’ils permettent, à savoir une forme de communication, une forme de culture, une forme de réflexion. »(BERRA, Aurélien. Faire des humanités numériques In : Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2012).

 

Ressources conseillées

Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique, séminaire national, BNF (2013)

http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/lectures/metamorphoses-du-livre-et-de-la-lecture

Les métamorphoses numériques du livre, colloques de l’agence régionale du livre de la région PACA (2009-2012)

http://www.livre-paca.org/index.php?show=numerique&type=3&m=27

Roger Chartier, Le livre : son passé, son avenir, entretien, La vie des idées, 2008

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20080929_Chartier.pdf

Frédéric Kaplan, Le devenir machinique du livre, 2011

https://www.slideshare.net/frederickaplan/le-devenir-machinique-du-livre

Bruno Latour, Conférence donnée durant le colloque international « Edit ! » organisé au printemps 2009 par l’école des Beaux-Arts de Bordeaux

https://www.dailymotion.com/video/xctbw0_bruno-latour-fr_creation

Infographie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *