Numérique et éducation : approche systémique et implications pour la recherche, l’éducation et la formation

Cet article fait office de bref point d’étape sous forme de schéma, visant à lister les différentes composantes qui constituent le champ du numérique pour l’éducation en écho aux travaux de la recherche tels qu’ils sont recensés dans notre carnet de recherche et dans notre bibliothèque Zotero (5391 références à ce jour).

Numérique et éducation : approche systémique

Il s’agit pour nous d’essayer d’identifier ce que recouvre précisément le terme “numérique” dans son acception générale et lorsqu’il s’applique aux pratiques scientifiques et pédagogiques, au sein des établissements scolaires, universités, laboratoires, centres de documentation ou institutions culturelles, entités également concernées par le champ de pratiques des humanités numériques comme “dialogue interdisciplinaire” (Dacos & Mounier, 2014)..

Ainsi, dans notre répertoire de vocabulaire nous avons recensé quelques propositions de définition qui apportent chacune un éclairage particulier en fonction du domaine de recherche, du point de vue ou de la spécialité de l’auteur. 

Parmi les propositions recensées, citons les exemples suivants :

Exemple 1 : “Domaine proliférant des enchevêtrements techno-organiques pilotés par la logique de machines binaires.”

Source : Ed Cohen, “Vers un nouveau savoir-vivre”, in Entretiens du nouveau monde industriel. (2014). Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. Limoges, France : Fyp éditions : IRI, Institut de recherche et d’innovation, DL 2014. Repéré à http://www.fypeditions.com/digital-studies-bernard-stiegler-al/ 

Exemple 2 : “À la suite de l’omniprésence du web dans nos vies, le numérique est partout. Il y a encore quelques décennies, on pouvait considérer les technologies informatiques comme des outils puissants et aux fonctions multiples capables d’aider les hommes dans plusieurs champs de la production industrielle et culturelle. Aujourd’hui, cette définition serait du moins réductrice, sinon complètement fausse : le numérique est l’espace dans lequel nous vivons. Il ne s’agit plus d’outils au service des pratiques anciennes, mais d’un environnement dans lequel nous sommes plongés, qui détermine et façonne notre monde et notre culture.

Source : Vitali-Rosati, M. (2014). Pour une définition du « numérique ». (S.l.) : Les Presses de l’Université de Montréal. Repéré à https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/13162

Exemple 3 : “Le numérique peut se définir anthropologiquement comme l’ensemble des interactions entre les humains, les machines et les matériaux numérisés. Le numérique, c’est le fait social total de notre civilisation occidentale hypermoderne. Pour l’anthropologue Marcel Mauss un fait social comporte toujours plusieurs dimensions (psychique, symbolique, culturelle, esthétique, historique, politique, économique, juridique…) qui s’articulent les unes avec les autres.”

Source : Plantard, P. (2014). Anthropologie des usages du numérique. thesis. Université de Nantes, Nantes. Repéré à https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01164360/document

Exemple 4 : Par ailleurs on peut s’inspirer des travaux de Louise Merzeau, qui a défini le numérique comme “milieu” : “le numérique devient le milieu ambiant où s’effectuent la plupart de nos activités sociales (travailler, consommer, jouer, converser…)”

Source : Mulot, H., & Carbillet, M. (2014, 3 septembre). Entretien avec Louise Merzeau : Culture numérique, média, communs et vivre ensemble. Doc pour docs. Repéré à https://www.docpourdocs.fr/spip.php?article546 

L’un des mérites des exemples 3 et 4, en présentant un numérique moins “agissant” (directement et de façon quasi anonyme) qu’“environnant”, est qu’ils permettent de dépasser le déterminisme technologique et d’insister sur la responsabilisation des acteurs.

Chaque élément identifié dans le schéma peut donc faire écho à des travaux scientifiques, notamment en sciences de l’éducation, sciences de l’ingénieur, sciences de l’information et de la communication, sociologie ou anthropologie, illustrant  un ou plusieurs élément(s) de l’écosystème que constitue aujourd’hui le numérique dans l’éducation et la recherche.

A partir de cette approche environnementale et du constat de la pervasivité du numérique (D.Boullier, 2016), l’une des problématiques clés pourrait être la suivante : quelles modalités d’appropriation et d’organisation professionnelles pour les enseignants et les chercheurs dans un environnement dominé par la mise en données numériques généralisée des sociétés ?

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.