Numérique, diffusion des savoirs et enseignement

Travailler à la diffusion des savoirs par l’utilisation des technologies numériques conduit à s’interroger sur la nature des ressources pédagogiques à utiliser dans l’enseignement et sur le niveau d’exigence à définir pour les élèves.

Outre la plateforme Canal U/UTLS, l’un des plus beaux exemples des initiatives en matière de diffusion des savoirs est l’Encyclopédie sonore de l’Université de Paris X qui met à disposition près de 7000 conférences audio de plusieurs universités sur les sujets les plus variés. Ces conférences, qui durent généralement 30 minutes chacune, sont le plus souvent prononcées par des universitaires de grand renom et constituent pour l’enseignant de véritables instruments de travail et des ressources de référence de première main.

Elles n’ont bien sûr pas vocation à remplacer les cours traditionnels  mais auraient toute leur place comme ressources au sein des nouvelles « agoras du savoir «  que doit être idéalement tout ENT et plus généralement au sein de tout environnement personnel ou collectif d’apprentissage. Ces plateformes, qui connaissent aujourd’hui une nouvelle actualité avec le développement des MOOC et autres CLOM, participent du changement en profondeur apporté par le numérique dans la diffusion des savoirs (avec une valeur ajoutée en matière de suivi pédagogique et de tutorat lorsqu’il s’agit des MOOC).

Mais au-delà de celles-ci, ce phénomène rappelle à quel point le numérique bouleverse la nature et l’utilisation des ressources : que ce soit pour leur accès, leur diffusion, leur structuration, leur indexation, leur lecture ou leur écoute, leur intégration à un processus d’apprentissage, leur traitement (annotation, commentaire) ou leur utilisation dans un débat.

C’est tout ce bouleversement de l’univers documentaire qu’il s’agit d’intégrer aujourd’hui aux pratiques pédagogiques. Car toute démarche didactique incluant le numérique devrait désormais dépasser le stade de la seule mise à disposition d’un corpus de connaissances à faire acquérir à l’apprenant et favoriser plutôt une démarche d’investigation, de construction et de structuration menée sous la conduite de l’enseignant, revalorisé ainsi dans son statut d’ingénieur pédagogique et d’expert disciplinaire (les disciplines – dans leurs fondements scientifiques et méthodologiques – demeurant le socle de construction des savoirs).

Cette redéfinition, qui est une revalorisation, de la médiation pédagogique implique aussi une redéfinition de la médiation éditoriale, l’École, les Universités et autres établissements scientifiques ayant également un rôle dans la publication des savoirs.

Renouveler l’acte d’enseigner c’est donc d’abord guider les élèves et ne plus se cantonner à la simple transmission de contenus (fugitivement actée au moment des évaluations et des examens) même complétée par des « travaux pratiques ». C’est les placer dans une démarche (individuelle et collective) de recherche, de questionnement, d’expérimentation, d’échange et les mettre au contact – à chaque fois que l’enseignant le juge possible et pertinent – de sources primaires, d’œuvres dans leur intégrité et dans leur contexte, de travaux savants ou de débats scientifiques illustrant toute la richesse et la saveur d’un savoir vivant et remis au cœur de la cité. C’est leur fixer de nouvelles ambitions intellectuelles, les mettre en situation de lecture ou d’écoute critique, d’analyse de vocabulaire, de recherche de sources utilisées en appui à un discours ou à un argumentaire, leur apprendre à construire et nourrir un dossier personnel pérenne (portfolio) pour conserver, structurer, communiquer et valoriser leur travail.

C’est donc les évaluer autrement. Non plus sur une accumulation des contenus, mais sur des démarches intellectuelles structurées, exigeantes et socialisantes.

 Article initialement publié le 9 août 2011 sur le site Educavox et présenté ici dans une version remaniée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *