Connecter humanités numériques et éducation

Alors que l’on continue de s’interroger sur les compétences réelles et le degré d’autonomie des jeunes générations nées avec le numérique, le rôle des adultes chargés de les éduquer pourrait être de travailler dès maintenant, et collectivement, à la construction d’une synthèse entre l’héritage des humanités et les apports des technologies contemporaines d’information, de documentation, de communication et de création.

Comment définir les humanités numériques ?

Aurélien Berra (maître de conférences à l’Université Paris-Ouest) les présente comme un « forum interdisciplinaire, interprofessionnel réunissant des individus autour de l’usage des technologies numériques en une communauté de pratique et de réflexion. »

Cette communauté s’appuie aussi sur démarche que le même auteur décrit ainsi : « apprendre et comprendre en faisant », « dire ce que l’on fait et pas seulement ce que l’on croit savoir » (1).

Ce que révèle le mouvement des humanités numériques (ou digital humanities)

Ce mouvement révèle d’abord l’impact du numérique sur les savoirs eux-mêmes, dont il affecte profondément les conditions de production, d’objectivation et de circulation. Dans de nombreuses disciplines le numérique est en effet devenu le vecteur, le fondement et le cadre épistémologique (2) de l’activité scientifique (mathématiques, physique, astrophysique, nanosciences, médecine, géographie, histoire, linguistique, grammaire, sémantique, sociologie, etc.).

Si le mouvement des humanités numériques et autres digital studies (ce dernier étant plus particulièrement porté par l’IRI – Institut de recherche et d’innovation), ainsi qu’une part croissante du reste de la communauté scientifique, commencent à tirer les conséquences de ce bouleversement dans leur organisation et leurs méthodes de travail, à terme c’est sans doute l’ensemble de la communauté des « travailleurs du savoir » (incluant donc en premier lieu les professeurs et leurs élèves) qui devrait être amené à les rejoindre pour travailler sur des thématiques et des projets communs.

Les domaines de convergence entre humanités numériques et éducation

A côté des activités relevant spécifiquement de l’organisation des communautés scientifiques, certains domaines d’action et thèmes de réflexion des humanités numériques peuvent clairement être partagés et réinvestis par la communauté éducative au service de l’apprentissage des élèves et de la formation tout au long de la vie.

En guise de pistes de travail et de réflexion, on peut répartir ces domaines en trois grands champs : 1. Diffusion des savoirs 2. Environnement de travail 3. Compétences/littératie.

1. Il s’agit d’abord de tout ce qui a trait à la diffusion et à la circulation des savoirs :

– L’accès aux corpus, ainsi qu’aux publications culturelles, patrimoniales, scientifiques et didactiques (incluant un effort d’ouverture, d’interopérabilité et de pérennisation).

– Les conditions technico-juridiques de l’activité du chercheur, de l’enseignant et de l’ensemble de la communauté éducative (ce qui est souhaitable, possible, contraint, etc.).

– Les apports incontestables du numérique pour faciliter le travail collectif et la mise en réseau des producteurs et acteurs du savoir.

– Les nouvelles formes de publications scientifiques/académiques, d’activités éditoriales savantes, et par voie de conséquence de ressources éducatives, notamment celles qui ont vocation à transmettre les « savoirs validés » (comme les dictionnaires, encyclopédies ainsi que les manuels scolaires ou universitaires).

– La redéfinition ou la recréation de l’ensemble des espaces et supports d’écriture comme lieux et espaces d’interactions et de dialogues : aussi bien les bibliothèques elles-mêmes que les espaces textuels et autres environnements-supports transmédiatiques (3).

2. Il s’agit ensuite de la prise en compte du numérique comme environnement de travail global (intégrant matériel, ressources, infrastructures, réseaux d’acteurs) et du web en particulier en tant que créateur d’un nouvel espace public :

– Le numérique abordé dans ses dimensions réticulaires comme facilitateur/démultiplicateur d’activités intellectuelles (recherche, lecture, écriture, annotation, communication et échanges de contenus).

– L’instrumentation des pratiques éducatives (matériel, outils, services) et son impact sur les méthodes intellectuelles (construction, publication, transmission et appropriation des savoirs).

– La prise en compte pédagogique et didactique du renouvellement de l’épistémologie des disciplines, en (re)donnant toute sa place à la démarche d’investigation et à l’apprentissage par la recherche à tous les niveaux d’enseignement (4).

– Le tout étant fondé sur des méthodes et des valeurs communes (comme celles proclamées lors du THATCamp des 18 et 19 mai 2010).

3. Enfin le numérique, abordé ainsi comme environnement de travail global (générant de nouveaux savoirs et une nouvelle culture), suppose l’acquisition d’un ensemble de compétences, une nouvelle littératie dont l’objectif est d’en avoir un usage critique et responsable.

Cette connexion entre humanités numériques et éducation est donc souhaitable car ni à l’École, ni à l’Université, le numérique ne se limite aujourd’hui aux questions de matériel, d’équipement et d’infrastructure. C’est avant tout une démarche globale et collective qui redéfinit les temps, les lieux et les méthodes de construction des savoirs, de formation et d’apprentissage, portée par un projet humaniste multiséculaire.

Notes

(1) Aurélien Berra Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques (26/05/14)

(2) Bernard Stiegler (« L’avenir numérique de l’université », Blog Médiapart, 07/11/13) interprète l’ampleur du changement en affirmant que le numérique est une nouvelle « espistémè » au sens défini par Michel Foucault (champ épistémologique ou « conditions de possibilité » des connaissances).

(3)  Manuel Zacklad, « Organisation et architecture des connaissances dans un contexte de transmédia documentaire : les enjeux de la pervasivité », Études de communication, 2012, vol. 39, p. 41-63 ; Louise Merzeau “Entre événement et document : vers l’environnement-support”, Les Cahiers de la SFSIC, janvier 2014/n° 9, p. 230-233.

(4) Voir par exemple les actions du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) et des Savanturiers.

Ressources conseillées :

Manifeste des Digital Humanities, 2011

De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques (Canal U – 2013)

https://www.canal-u.tv/video/ehess/1_de_la_diversite_des_humanites_numeriques_une_exploration_des_pratiques.12907

Bernard Stiegler, L’avenir numérique de l’Université, blog Médiapart, 07/11/13

Marin Dacos et Pierre Mounier, Humanités numériques – État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international, Institut français, 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *