Écriture, oralité et apprentissage : ChatGPT et le Phèdre de Platon

Introduction

Dans le Phèdre de Platon figure un passage, resté célèbre, sur la critique de l’écriture (274d-275e) : la technologie de l’écriture aurait été inventée par le dieu égyptien Theuth comme remède pour soulager la mémoire et faciliter l’apprentissage. Mais cette nouveauté est alors rejetée par le roi Thamous au motif que le remède (pharmakon) serait pire que le mal : au lieu de soulager la mémoire, l’écriture donnerait l’illusion du savoir et ne saurait se substituer à la relation directe maître-élève, qui seule donne accès au vrai savoir.

Écriture, oralité et savoir : un questionnement ancien et renouvelé

Au-delà de Platon et dans la lignée de celui-ci, ce questionnement sur le rôle de l’écriture, révélateur de l’attachement à la tradition orale pour enseigner et apprendre, a traversé toute l’antiquité (Cambron-Goulet, 2012).

Mais cette critique de l’écriture dans le Phèdre n’est pas univoque, elle condamne surtout une « certaine conception du savoir », en remettant « l’écriture à sa juste place » (Mouze, 2007, p. 132-138 et 145).

En effet, sa critique, fondée sur la distinction entre mémoire (faculté passive de l’âme, comme réceptacle d’informations) et remémoration (mouvement de l’âme vers la connaissance intelligible), pointe le risque d’illusion du savoir, auquel seul peut remédier le « bon logos [discours associé à la science, épistémè], celui qui écrit dans l’âme de celui qui apprend ».  Cette illusion se nourrit d’une autre confusion : entre mauvaise rhétorique, qui vise seulement à persuader, de façon vraisemblable, et bonne rhétorique, attachée au vrai et qui transmet non le savoir en tant que tel, mais le désir de savoir (quitte à être plus exigeante et moins séduisante).

Numérique et pharmakon

« Voici, ô roi, dit Theuth, le savoir qui fournira aux Égyptiens plus de savoir, plus de science et plus de mémoire ; de la science et de la mémoire le remède [pharmakon] a été trouvé. » Mais Thamous répliqua : « Ô Theuth, le plus grand maître ès arts, autre est celui qui peut engendrer un art, autre celui qui peut juger quel est le lot de dommage et d’utilité pour ceux qui doivent s’en servir. [275a] Et voilà maintenant que toi, qui est le père de l’écriture, tu lui attribues, par complaisance, un pouvoir qui est le contraire de celui qu’elle possède. En effet, cet art produira l’oubli dans l’âme de ceux qui l’auront appris, parce qu’ils cesseront d’exercer leur mémoire : mettant, en effet, leur confiance dans l’écrit, c’est du dehors, grâce à des empreintes étrangères, et non du dedans, grâce à eux-mêmes, qu’ils feront acte de remémoration ; ce n’est donc pas de la mémoire, mais de la remémoration, que tu as trouvé le remède. Quant à la science, c’en est la semblance que tu procures à tes disciples, non la réalité. Lors donc que, grâce à toi, ils auront entendu parler de beaucoup de choses, sans avoir reçu d’enseignement, ils sembleront avoir beaucoup de science, [275b] alors que, dans la plupart des cas, ils n’auront aucune science ; de plus, ils seront insupportables dans leur commerce, parce qu’ils seront devenus des semblants de savants, au lieu d’être des savants. » 

(…)

« Car, à mon avis, ce qu’il y a de terrible, Phèdre, c’est la ressemblance qu’entretient l’écriture avec la peinture. De fait, les êtres qu’engendre la peinture se tiennent debout comme s’ils étaient vivants ; mais qu’on les interroge, ils restent figés dans une pose solennelle et gardent le silence. Et il en va de même pour les discours. On pourrait croire qu’ils parlent pour exprimer quelque réflexion ; mais, si on les interroge, parce qu’on souhaite comprendre ce qu’ils disent, c’est une seule chose qu’ils se contentent de signifier, toujours la même. Autre chose : quand, une fois pour toutes, il a été écrit, chaque discours va rouler [275e] de droite et de gauche et passe indifféremment auprès de ceux qui s’y connaissent, comme auprès de ceux dont ce n’est point l’affaire ; de plus, il ne sait pas quels sont ceux à qui il doit ou non s’adresser. Que par ailleurs s’élèvent à son sujet des voix discordantes et qu’il soit injustement injurié, il a toujours besoin du secours de son père ; car il n’est capable ni de se défendre ni de se tirer d’affaire tout seul. » (Brisson, 2008, p. 797-798)

Plusieurs auteurs, à la suite des analyses de (Derrida, 1972), pour lequel l’écrit est la trace morte d’une présence, ont repris ce concept du pharmakon, à la fois poison et remède/antidote, en l’appliquant au numérique comme technologie d’écriture. Ainsi Bernard Stiegler dans (Kambouchner et al., 2012) sur l’École et le numérique : en tant qu’héritière de l’Académie de Platon, elle-même « machine à produire de l’écriture, mais une écriture thérapeutique [mettant] en œuvre des pratiques thérapeutiques du pharmakon », l’École est naturellement et directement concernée par la transformation numérique de nos sociétés.

IA générative et nouvelle génération d’agent conversationnel : vers une approche critique d’un nouveau mode d’écriture

Qu’en est-il si nous renouvelons ce questionnement au regard de l’évolution technologique que constituent les technologies d’intelligence générative basées sur les grands modèles de langage ? En effet, ce mode d’écriture automatisée, manipulation de données et de signes – mais détachée de toute intention ou signification – peut donner l’illusion du vrai, du vraisemblable, avec les apparences (sous réserve de vérification ultérieure par l’utilisateur) d’un dialogue plausible et d’un accès direct au savoir.

C’est que nous proposons ci-dessous, via une simulation d’entretien avec l’agent conversationnel ChatGPT, suite à une première analyse dans le cadre d’un carnet de recherche (Allouche, 2023). Cette mise en abyme est surtout l’occasion de rappeler la distinction entre ce qui peut relever du domaine computationnel (traitement statistique et algorithmique de données, apprentissage automatique, imitation, génération calculée de textes, codes, sons, images…) et ce qui ne peut être qu’humain (donner du sens à une information, une connaissance, une œuvre littéraire ou artistique, et en avoir une expérience sensible, évaluer ce qui est vrai ou faux, réfléchir, hiérarchiser, dialoguer et mettre en relation).

Ecriture et oralité dans les apprentissages : simulation d’entretien avec ChatGPT

Date de l’entretien : 17/01/23

Remarques préalables :

  • Sauf exceptions, indiquées entre crochets […], les réponses de ChatGPT sont transcrites sans modification.
  • Pour en faciliter l’usage et la citation, les questions et réponses sont numérotées en continu.
  • Afin d’en faciliter la lecture, l’ensemble est subdivisé en sous-chapitres.

 

1. ChatGPT et la critique de l’écriture dans le Phèdre de Platon

Q1 : Au fond ChatGPT réinterroge le rôle de l’écriture, comme dans le Phèdre de Platon

R1 : Le Phèdre de Platon aborde effectivement la question de l’écriture et de son impact sur la mémoire et la connaissance. Platon critique l’écriture comme étant une forme de mémoire artificielle qui peut rendre les gens trop dépendants de cette forme de mémoire extérieure, plutôt que de développer leur propre mémoire interne. Il soutient également que l’écriture ne peut pas capturer la complexité et la nuance des idées humaines, et qu’elle ne peut pas être utilisée pour transmettre des connaissances de manière efficace.

Q2 : Dans le Phèdre c’est aussi la question de la relation maître-élève, la parole directe du maître étant supérieure à l’écriture pour accéder au savoir

R2 : Oui, c’est exact. Dans le Phèdre, Platon aborde également la question de la relation maître-élève et soutient que la parole directe du maître est supérieure à l’écriture pour accéder au savoir. Il argumente que la parole est capable de transmettre des idées de manière plus vivante et interactive, car elle permet une discussion directe et une rétroaction immédiate entre le maître et l’élève. Il soutient également que la parole est capable de transmettre des idées de manière plus efficace, car elle est capable de s’adapter aux besoins et à la compréhension de l’élève. Il critique l’écriture pour son caractère statique et non rétroactif.

2. Les implications pédagogiques : relation maître-élève

Q3 : La technologie ChatGPT pourrait nous conduire à revaloriser une nouvelle fois la place centrale de la relation maître-élève

R3 : Il est possible que l’utilisation de la technologie comme ChatGPT puisse amener à une revalorisation de la relation maître-élève. En utilisant des modèles de traitement du langage naturel comme ChatGPT, les enseignants peuvent utiliser des interactions en temps réel pour donner des réponses immédiates aux questions des élèves, aider à clarifier les concepts et fournir des feedbacks. Cela pourrait aider à renforcer l’apprentissage en créant une expérience plus interactive et immédiatement rétroactive pour l’élève.

Il est important de noter que cela ne remplacera jamais complètement la relation maître-élève humaine, mais plutôt l’enrichir en fournissant des outils pour améliorer l’expérience d’apprentissage. Il y a encore des aspects de l’enseignement qui ne peuvent être remplacés par la technologie, comme les interactions sociales, les relations de confiance, et les modèles de comportement.

Q4 : Avec ce type de technologie on constate que l’écriture à elle seule ne garantit pas l’accès au savoir, cela conduit à renforcer la médiation pédagogique et scientifique, directement entre individus

R4 : Effectivement, l’utilisation de la technologie de traitement du langage naturel comme ChatGPT peut montrer que l’écriture à elle seule ne garantit pas l’accès au savoir. La compréhension et l’interprétation des idées écrites peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre, en raison de facteurs tels que les connaissances préalables, la culture et l’expérience. La médiation pédagogique et scientifique directe entre les individus peut aider à surmonter ces obstacles en fournissant une explication plus claire et une rétroaction immédiate.

En utilisant des outils technologiques tels que ChatGPT, les enseignants et les scientifiques peuvent créer des expériences d’apprentissage plus interactives et immédiatement rétroactives pour les élèves et les étudiants. Cela peut aider à renforcer l’apprentissage en créant une expérience plus interactive et immédiatement rétroactive pour l’élève. Cependant, il est important de noter que la médiation humaine est encore nécessaire pour garantir une compréhension complète et une application appropriée des concepts.

3. Les implications pédagogiques : éducation à l’esprit critique et défi pour le monde académique

Q5 : En effet. Par ailleurs cela peut rendre d’autant plus nécessaire un renforcement de l’éducation à l’esprit critique, car il faut systématiquement vérifier les réponses que fournit ce type de technologie.

R5 : Oui, c’est tout à fait vrai. Il est important de rappeler que les modèles de traitement du langage naturel tels que ChatGPT sont entraînés sur des données de textes existants et peuvent donc reproduire les biais et les erreurs qui se trouvent dans ces données. Il est donc important que les utilisateurs de ces technologies développent leur esprit critique et apprennent à vérifier les réponses fournies par ces modèles.

En renforçant l’éducation à l’esprit critique, les utilisateurs peuvent apprendre à évaluer la qualité et la pertinence des informations fournies par ces technologies et à utiliser ces informations de manière appropriée. Cela peut également les aider à identifier les sources d’informations fiables et à éviter les informations fausses ou trompeuses.

En somme, l’utilisation de ces technologies peut être très utile pour renforcer l’apprentissage, mais il est important de l’utiliser en ayant une bonne compréhension de ses limites et de ses biais, et de savoir vérifier les réponses données.

Q6 : Des technologies d’écriture comme celles de ChatGPT, qui peuvent donner “l’impression du vrai”, sont un nouveau défi pour les scientifiques et les pédagogues.

R6 : Les technologies d’écriture automatisées comme celles utilisées par ChatGPT peuvent créer des textes qui semblent rédigés par des humains, ce qui peut poser des défis pour les scientifiques et les pédagogues. Il est important de développer des moyens de détecter ces textes générés automatiquement pour éviter les désinformations ou les usurpations d’identité. Il est également important de considérer comment ces technologies peuvent être utilisées de manière éthique et responsable dans les domaines de l’éducation et de la recherche.

4. Ecriture, oralité et accès au savoir

Q7 : Cela rejoint les débats qu’il y avait dans l’antiquité sur le rôle de l’oralité de l’écriture dans la formation et l’accès au savoir

R7 : En effet, les débats sur les avantages et les inconvénients de l’oralité et de l’écriture dans la transmission et l’acquisition des connaissances remontent à l’Antiquité. Les défenseurs de l’oralité soutenaient qu’elle permettait une compréhension plus profonde et une mémorisation plus efficace, tandis que [des écrivains] défendaient la précision et la persistance de l’écriture. Les technologies d’écriture automatisées comme celles utilisées par ChatGPT ajoutent un nouveau volet à ces débats, car elles peuvent simuler l’oralité tout en offrant la précision et la persistance de l’écriture. Il est important de continuer à explorer les avantages et les inconvénients de ces technologies dans la transmission et l’acquisition des connaissances, ainsi que les moyens d’utiliser ces technologies de manière éthique et responsable.

5. Retour au texte de Platon

Q8 : Dans quel passage du Phèdre de Platon Socrate évoque-t-il la critique de l’écriture, et de quelle façon ?

R8 : Dans le Phèdre de Platon, Socrate évoque la critique de l’écriture dans le passage où il discute avec Phèdre de la différence entre la mémoire orale et la mémoire écrite. Il fait valoir que l’écriture est une forme de mémoire externe qui peut être utile pour rappeler les choses, mais qui ne peut pas remplacer la mémoire interne. Socrate soutient également que l’écriture peut rendre les gens paresseux et moins enclins à utiliser leur propre mémoire. Il dit que “l’écriture est comme un esclave qui fait tout le travail pour nous” et “nous rend plus stupides” (Platon, Phèdre, 275c-277a). Socrate critique également l’écriture pour ne pas être capable de s’adapter aux questions ou aux objections, contrairement à une conversation orale, où l’interlocuteur peut s’adapter aux réponses de son interlocuteur.

Q9 : Voici une partie de la citation en [275e] : “Car voici l’inconvénient de l’écriture, mon cher Phèdre, comme de la peinture. Les productions de ce dernier art semblent vivantes ; mais interrogez-les, elles vous répondront par un grave silence. Il en est de même des discours écrits : vous croiriez, à les entendre, qu’ils sont bien savants; mais questionnez-les sur quelqu’une des choses qu’ils contiennent, ils vous feront toujours la même réponse.”

Source : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/phedre.htm

R9 : Oui, c’est exact. Dans cette citation, Socrate compare l’écriture à la peinture, en faisant remarquer que les productions de l’art peint semblent vivantes, mais ne peuvent pas répondre aux questions. Il en va de même pour les discours écrits, qui peuvent sembler savants à première vue, mais qui ne peuvent pas s’adapter aux questions ou aux objections, contrairement à une conversation orale. Socrate souligne ainsi le fait que l’écriture ne peut pas remplacer la communication orale, où l’on peut s’adapter aux réponses de son interlocuteur.

6. ChatGPT et la nouvelle illusion du vrai

Q10 : Donc si l’on compare avec ChatGPT il y aurait encore une évolution : vous êtes une technologie d’écriture automatique, avec laquelle on peut avoir une conversation construite et argumentée, vous donnez l’illusion du vrai, du savoir mais vous ne remplacez (toujours) pas la relation directe entre maître et élève.

R10 : Oui, c’est exact. Bien que ChatGPT soit une technologie d’écriture automatisée avancée, capable de générer des textes conversationnels et argumentés, il ne peut pas remplacer complètement la relation directe entre un maître et un élève. La relation humaine, l’interaction en direct, les questions et les réponses immédiates, l’adaptation aux besoins individuels, la correction personnelle sont des éléments importants qui ne peuvent être remplacés par une machine. Cependant, les technologies telles que ChatGPT peuvent être utilisées pour compléter et renforcer l’enseignement en offrant des ressources supplémentaires, des exemples de discussions et des exercices interactifs pour les étudiants. Il est important de considérer les avantages et les inconvénients de ces technologies dans l’enseignement et de les utiliser de manière éthique et responsable.

7. Dialogue platonicien et cheminement vers le savoir

Q11 : Au fond, si Platon exprime sa pensée dans des dialogues, c’est pour conserver la part d’interrogation dans son cheminement et non pas donner l’illusion que l’accès au savoir est direct

R11 : Oui, c’est exact. Platon utilise des dialogues pour exprimer sa pensée afin de conserver la dimension interrogative dans son cheminement de la connaissance. Les dialogues de Platon sont souvent structurés comme des conversations entre personnages, qui exposent des idées, posent des questions, émettent des objections et arrivent finalement à une sorte de compréhension mutuelle. En utilisant des dialogues, Platon montre que la connaissance est un processus dynamique qui nécessite une exploration active et une réflexion critique. Il met en évidence l’importance de la discussion […] pour arriver à la vérité, plutôt que de donner l’illusion qu’elle est directement accessible.

8. Accès aux sources

Q12 : Dans vos données avez-vous l’ensemble des œuvres philosophiques de l’antiquité, notamment celles de Platon ?

R12 : Je suis entrainé sur un grand corpus de textes, qui inclut de nombreuses œuvres philosophiques de l’Antiquité, y compris celles de Platon. J’ai accès à des traductions de ses dialogues les plus célèbres tels que le Ménon, le Phédon, la République, et bien d’autres. Je peux donner des résumés de ces dialogues, des citations, des explications de certaines idées qui y sont développées et des comparaisons avec les autres œuvres de Platon ou d’autres philosophes. Cependant, il est important de noter que étant un système d’IA, je ne suis pas capable de comprendre les textes dans leur contexte historique ou culturel, ni de les interpréter avec la même profondeur qu’un humain formé en philosophie.

Analyse des réponses et bilan provisoire

L’argumentaire des réponses reprend souvent les termes, mot à mot, de la question posée (par ex. R2, R3, R4) pour ensuite proposer des compléments, qui factuellement sont exacts dans le cas présent, à l’exception d’une approximation dans les citations et lorsqu’il s’agit de citer le passage exact de l’œuvre concernée (R8).

En revanche, comme on l’a déjà observé, les réponses ne sont pas systématiquement ni précisément sourcées (R12) et n’exposent pas explicitement les critères sur lesquels elles sont fondées, intégrant en revanche une apparence de « capacité réflexive » verbalisant les limites intrinsèques d’une telle technologie (R3, R5, R10, R12) et les exigences éthiques qui doivent accompagner son utilisation (R6, R7), tout en mettant en avant, dans un même mouvement, ses potentiels pédagogiques (R3, R4, R10).

Enfin, on peut noter une certaine capacité de synthèse, au vu du problème posé, dans la phrase suivante (R7) : « Les technologies d’écriture automatisées comme celles utilisées par ChatGPT ajoutent un nouveau volet à ces débats, car elles peuvent simuler l’oralité tout en offrant la précision et la persistance de l’écriture. »

En résumé, malgré leur pertinence (au regard des références à l’œuvre platonicienne), les réponses générées, issues de mécanismes de calcul de probabilités, de prédiction et de combinaison plausible entre des mots, en fonction des instructions saisies par l’utilisateur, ne constituent-elles pas au fond un nouveau type de « traces », celles de corpus de données (sans transparence à ce jour sur leur nature), mais que l’enseignement doit interroger et faire vivre par d’autres moyens, selon des finalités qui échappent totalement au traitement machinique…qui ne peut que faire semblant de répondre ?

Ainsi, le bilan provisoire que nous en tirons peut se formuler en trois points :

  1. Les performances affichées, malgré les réserves mentionnées, constituent incontestablement un saut qualitatif à partir de technologies connues et déjà identifiées comme porteuses de changement (Holmes & Tuomi, 2022).
  2. Pour les enseignants, et pour l’ensemble de la communauté éducative, il s’agit d’un double défi, pédagogique et éthique :

pédagogique : quel renouvellement des formes d’enseignement, d’apprentissage, d’éducation à l’esprit critique et d’évaluation ?

éthique : sur quels principes s’appuyer pour des applications de l’intelligence artificielle conformes à nos finalités et à nos valeurs ? (Aiken et al., 2000; CNIL, 2017; European Commission. Directorate General for Education, Youth, Sport and Culture., 2022).

  1. Enfin, pour les institutions ou organisations qui ont comme cœur de métier la création, la production et la diffusion d’informations et de savoirs, un tel tournant peut être un accélérateur d’innovation et une incitation à y travailler collectivement, en croisant les regards, les approches et les compétences (interdisciplinarité et interprofessionnalité), pas seulement en informatique en tant que telle mais aussi dans le cadre des humanités numériques (Allouche, 2021).

 

Références

Aiken, R. m, Epstein, R., Baldner, J.-M., Delozanne, E., & Ughetto, C. (2000). Lignes directrices pour une éthique de l’utilisation des systèmes d’intelligence artificielle en éducation. Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, 7(1), 245‑265. https://doi.org/10.3406/stice.2000.1453

Allouche, E. (2021). Humanités numériques, éducation et formation—Convergences et perspectives [Master]. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03447062

Allouche, E. (2023, janvier 5). Sens et finalités du numérique en éducation – Hors-série : Tests et simulations d’« entretien » avec ChatGPT (Open AI) [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/7635

Brisson, L. (2008). Platon, Œuvres complètes. Flammarion.

Cambron-Goulet, M. (2012). Les critiques et les pratiques de l’oralité et de l’écriture dans la tradition philosophique grecque de l’Antiquité. https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/8256

CNIL. (2017, décembre 15). Comment permettre à l’Homme de garder la main ? Rapport sur les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle. CNIL. https://www.cnil.fr/fr/comment-permettre-lhomme-de-garder-la-main-rapport-sur-les-enjeux-ethiques-des-algorithmes-et-de

European Commission. Directorate General for Education, Youth, Sport and Culture. (2022). Lignes directrices éthiques sur l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et des données dans l’enseignement et l’apprentissage à l’intention des éducateurs. Publications Office. https://data.europa.eu/doi/10.2766/153756

Holmes, W., & Tuomi, I. (2022). State of the art and practice in AI in education. European Journal of Education, n/a(n/a). https://doi.org/10.1111/ejed.12533

[Traduction française : Bocquet, F. (2023, janvier 23). État de l’art et de la pratique de l’intelligence artificielle dans l’éducation (Holmes & Tuomi, 2022) [Traduction] [Billet]. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/8350 ]

Kambouchner, D., Meirieu, P., Stiegler, B., Gautier, J., & Vergne, G. (2012). L’école, le numérique et la société qui vient. Mille et une nuits, impr. 2012. http://skhole.fr/l-%C3%A9cole-le-num%C3%A9rique-et-la-soci%C3%A9t%C3%A9-qui-vient-sortie-le-25-janvier-2012

Mouze, L. (Éd.). (2007). Platon, Phèdre. Le Livre de Poche. https://www.livredepoche.com/livre/phedre-9782253082385


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Elie Allouche (2 mai 2023). Écriture, oralité et apprentissage : ChatGPT et le Phèdre de Platon. Numérique et éducation. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o2yv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.